Les monuments des combattants et résistants envahis par la fièvre immobilière

Alors que l’épidémie de la Covid19 n’est pas encore éteinte, Cogolin est de nouveau touchée par la fièvre immobilière que lui ont inoculée les deux experts en béton de Levallois-Perret, le Maire de Cogolin et son ex conseiller en urbanisme, Jean-Marc Smadja, devenu depuis conseiller de la régie du port dans lequel il a trouvé un pied à terre avec vue sur mer.

Durant les six années  qui viennent de s’écouler, ils ont délivré des permis de construire à tour de bras autorisant plus de huit cent nouveaux logements et il n’y a aucune raison qu’ils s’arrêtent au cours du nouveau mandat qui s’ouvre.

Au grand dam des habitants, ce ne sont pas des jardins ni des espaces verts que l’on voit fleurir aux quatre coins de la ville, mais des bulles de vente immobilières annonciatrices du bétonnage des terrains encore disponibles. La toute dernière de ces bulles vient d’être installée au square Jean Moulin, juste à côté des monuments érigés en hommage aux combattants et résistants qui ont libéré la France. Quel manque de respect pour leur mémoire !   Il est vrai que ce maire nous a habitués à déformer cette mémoire en revisitant l’histoire à sa manière.

L’histoire bien réelle qu’il est en train d’écrire est celle d’une frénésie immobilière incontrôlée qui, faute des aménagements adaptés pour les habitants et les transports, conduit inexorablement Cogolin vers l’asphyxie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.