Les « chicanes » urbaines de Monsieur Lansade

Selon la définition du dictionnaire, une « chicane est une difficulté, un incident qu’on suscite pour embrouiller les choses ». Celle que le maire de Cogolin vient de faire installer sur la route des Mines répond parfaitement à cette définition tant elle provoque de perturbations à la circulation au lieu d’en améliorer la sécurité. Elle vient remplacer deux dos d’ânes qui étaient trop bruyants pour la tranquillité des riverains.
Chicane route des Mines

Ce nouvel avatar urbain fait suite à une série déjà longue d’autres chicanes que le maire a plantées aux quatre coins de la ville : des feux tricolores qui provoquaient de tels embouteillages qu’ils ont été très vite abandonnés, des transformateurs électriques hideux et dangereux posés sur la voie publique aux frais de la commune pour faire plaisir à des promoteurs levalloisiens, des sucettes publicitaires qui ont envahi les rues et les trottoirs de la ville, dont certaines ont dû être déplacées en raison du danger qu’elles représentaient pour la sécurité routière, un pont incapable de supporter une charge supérieure à 3,5 tonnes sur lequel le maire a accordé des dérogations de tonnage à des milliers de camions de 35 tonnes…

En l’absence de projet d’aménagement cohérent et d’équipements publics adaptés, les programmes immobiliers démesurés qu’il a autorisés – plus de mille logements en 7 ans – annoncent de grandes difficultés de circulation, de risques d’incidents et autres embrouilles, en un mot de chicanes.

Signé : Le chicaneur de Place Publique

ASSEMBLEE GENERALE DE PLACE PUBLIQUE COGOLIN

Après deux années passées sans pouvoir nous réunir, c’est avec un immense plaisir que nous vous convions à participer à notre prochaine assemblée générale qui se tiendra le samedi 27 novembre 2021 à 15 heures à la Bastide Pisan de Cogolin. Vous trouverez en pièces jointes la convocation et l’ordre du jour de cette assemblée générale, le coupon réponse et un formulaire de procuration à nous retourner au cas où vous ne pourriez pas y participer ainsi que le bulletin d’adhésion pour l’année 2021-2022.
Convocation assemblée générale 2021 bis

Coupon réponse adhérents, procuration, candidature AG 2021

Bulletin d'adhésion 2021-2022

RIB Crédit Agricole

LE MAIRE DE COGOLIN NE RESPECTE PAS LES TRADITIONS PROVENCALES, IL LES INSTRUMENTALISE

Nombreux sont les actes de Marc-Etienne Lansade qui démontrent qu’il n’en a rien à faire des traditions et de l’histoire provençales. Il y a eu ses élucubrations sur le débarquement en Provence qui aurait réussi grâce à Louis XIII et la Vierge Marie, mais pas aux combattants africains. Il a essayé, en vain heureusement, de débaptiser le square « Marcel Mansui », jeune soldat cogolinois mort en Algérie, pour lui donner le nom du nationaliste, antisémite et antidreyfusard « Maurice Barrès ». IL a voulu transformer l’ancienne demeure des Seigneurs de Cogolin en hôtel privé, avant de reculer face à l’opinion. Par contre, il a réussi à remplacer le nom de la salle d’honneur de la mairie qui faisait honneur à Héliodore Pisan, un célèbre graveur, peintre et enfant du pays, par le prénom de la fille de Marion Maréchal Le Pen, « Olympe »…

En réalité, il instrumentalise traditions et histoire pour les mettre au profit de son idéologie d’extrême droite, comme dans l’affaire de la statue de Saint Maur, le patron de Cogolin, qu’il a sciemment installée sur un rond-point public et que le Tribunal administratif lui ordonne de retirer.

Manifestation pour Saint-Maur ou pour Zemmour ?

Sa duplicité a éclaté au grand jour lors de la manifestation qu’il a organisée pour défendre le maintien de la statue de Saint-Maur sur l’espace public et au cours de laquelle il a appelé à voter pour Eric Zemmour aux prochaines élections présidentielles.

Ce faisant, il ne respecte pas les Cogolinois qui sont venus de bonne foi défendre leur patron. Il ne respecte pas non plus l’esprit de la fête de la Saint Maur qui est un temps fort de rassemblement de tous les Cogolinois autour de leurs traditions, au son des galoubets et des tambours ponctué de coups de tromblons. Au lieu de cela, M. Lansade cherche à les diviser, à les dresser les uns contre les autres en désignant parmi eux des soit disant ennemis de la religion et des traditions. Alors que leur véritable ennemi c’est bel et bien lui.

On peut respecter les traditions tout en respectant la loi

Car on peut être attaché aux traditions de la Bravade et de Saint-Maur tout en respectant la loi. Celle de 1905 garantit à chacun la liberté de pratiquer ou pas la religion de son choix. Ne pas la respecter, comme y incite le Maire, ouvre dangereusement la porte aux dérives de surenchère religieuse, voire sectaire, où chacun revendiquerait le droit d’installer ses symboles religieux dans les lieux publics. Inquiétant quand on voit ce qui se passe dans les pays où pouvoir politique et pouvoir religieux se confondent !

Non seulement le Maire de Cogolin ne respecte pas les Cogolinois et leurs traditions. Il ne respecte pas la loi, qu’il est pourtant censé représenter.  Il ne respecte pas non plus une décision de justice. Il est vrai qu’il ne supporte pas son indépendance, tout comme celle de la presse, qu’il n’a eu de cesse de vilipender tout au long de ses sept années de mandat.

Sympathiques retrouvailles à Wildbad pour les 40 ans du jumelage avec Cogolin

En octobre 1981, les maires de l’époque Ulrich Maier et Patrick Glo, signaient officiellement les accords de jumelages entre les villes de Wildbad et Cogolin.

Signature du jumelage Octobre 1981

Quarante ans jour pour jour après cette première signature, qui sera confirmée un an plus tard à Cogolin,   les deux anciens maires se sont retrouvés dans la ville de la Forêt Noire pour célébrer cet anniversaire en compagnie de nombreux amis du jumelage. Une amitié qui, malgré la crise sanitaire et d’autres turbulences, reste solidement ancrée entre les habitants des deux communes dans le respect du serment de jumelage : « Dans l’esprit d’amitié et de rapprochement entre les peuples, ce jumelage doit rapprocher les citoyens (…) et augmenter leur compréhension mutuelle »

Les mêmes quarante ans après

Avec leurs amis allemands Wolfgang et Anne-Marie, Christian et Nicole Ronze ont eu l’heureuse idée d’organiser ces retrouvailles empreintes de beaucoup d’émotions à l’évocation des souvenirs de cette belle histoire humaine qui avait commencé à s’écrire vers la fin des années 1970 avec les échanges scolaires entre le collège Gérard Philippe de Cogolin et le Progymnasium de Wildbad sous l’initiative du professeur d’allemand Jean BONNAURE. « Une histoire qui continue de vivre grâce à l’enthousiasme inaltéré des deux comités de jumelages et de leurs présidents, Gunther et Serge », comme l’a rappelé avec reconnaissance Patrick Glo.

Les participants ont aussi rappelé que c’est grâce à ces rencontres, ce dialogue entre les peuples et grâce à la construction européenne que nous vivons en paix depuis 75 ans.

De nombreux amis et officiels, dont le maire actuel de Wildbad, Klaus Mack, se sont joints à la réception privée organisée par la municipalité le lundi 18 octobre dans la salle des Forums de la ville. En marge de cette cérémonie, des randonnées, des visites de musée et de joyeux moments festifs ont émaillé cette rencontre, comme le veut la tradition des échanges d’un jumelage toujours plein d’avenir.

Le Maire débaptise la rue du 19 mars 1962

Après l’oubli des combattants africains dans ses discours commémorant le débarquement en Provence, réussi selon lui grâce à Louis XIII et la vierge Marie, après sa tentative avortée de débaptiser le square « Marcel Mansui », jeune soldat cogolinois mort en Algérie, pour lui donner le nom de Maurice Barrès, après avoir essayé sans y réussir de transformer la demeure des seigneurs de Cogolin en hôtel privé, après avoir débaptisé la salle d’honneur de la mairie du nom d’Héliodore Pisan, célèbre graveur, peintre et enfant du pays, pour lui donner le prénom de la fille de Marion Maréchal Le Pen, « Olympe »… Marc Etienne Lansade a proposé au dernier conseil municipal de débaptiser la rue du 19 mars 1962, date de « la journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ». Journée commémorative à laquelle le maire n’a jamais participé depuis son élection en 2014.

Nous avons choisi de publier ici l’intervention bien sentie de l’élu d’opposition Olivier Courchet :

« Vous proposez de débaptiser la rue du 19 mars 1962 au motif qu’elle est le prolongement de la Montée Saint Roch, et que par conséquent elle ne peut être dénommée que Montée Saint Roch.

Si on suit votre raisonnement, dont la logique nous échappe, il faudrait alors débaptiser l’avenue Gambetta qui n’est que le prolongement de l’avenue Marceau, mais également la rue Jean Jaurès qui n’est que la suite de l’avenue Gambetta qui, elle,  précède la rue Carnot, l’ensemble ne pouvant s’appeler qu’avenue Marceau. Vous ne l’avez pas fait parce que Marceau était un général républicain. Très républicain. S’il s’était appelé Benito il en serait peut-être allé  autrement.

 La vérité est qu’à l’instar de vos amis d’extrême droite  vous réécrivez l’histoire et occultez le 19 mars 1962 qui depuis la loi du 6 décembre 2012 est la «  journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ».

 Marcel Mansui aurait aimé connaître le 19 mars 1962. Hélas il est mort pour la France bien avant la fin de cette guerre.  Nous, nous  n’oublions pas qu’au début de votre précédent mandat vous aviez décidé de rayer son nom du square qu’une précédente municipalité  lui a dédié, pour honorer en lieu et place  un polémiste nationaliste antidreyfusard et antisémite qui s’est permis, en  1914, de  stigmatiser  nos soldats provençaux du XXème Corps.

 Manifestement vos démons anti républicains vous taraudent toujours et ce n’est pas cette décision de débaptiser la rue du 19 mars 1962 qui apaisera les plaies,  toujours ouvertes, d’un drame pour de nombreuses familles des deux rives  de la Méditerranée.

 Nous ne vous suivrons pas sur cette voie. »

Le trou financier de la galerie de la maison médicale

41 000 € ! C’est le montant que le dernier conseil municipal a décidé de rajouter au budget 2021 pour traiter les problèmes d’éboulements de la galerie souterraine du Rialet dont le maire prétend toujours qu’elle ne passe pas sous la maison médicale. Mais cette somme conséquente ne représente que les frais d’études et de maitrise d’œuvre. Autant dire que les nouveaux travaux eux-mêmes, prévus en 2022, devraient se monter à plusieurs centaines de milliers d’euros. A la question de l’élu d’opposition Patrick Hermier : « S’agit-il de travaux supplémentaires ? », le maire a répondu : « Oui, oui et croyez-moi, c’est peut-être pas terminé ». Cela laisse craindre que l’enveloppe prévisionnelle de 350 000 € ne suffise pas à couvrir les dépenses de tous les travaux nécessaires à la réhabilitation d’une galerie vétuste dont les pieds de voûte se sont effondrés en plusieurs endroits.

Pourtant, dès 2016, Place Publique  avait alerté le Maire sur la présence de cette galerie souterraine, non pas pour s’opposer au projet de Maison Médicale auquel nous avons toujours été favorables, mais pour lui faire comprendre que le terrain choisi n’était pas le bon endroit. Après avoir nié l’existence de cette galerie, puis avoir admis sa présence en affirmant qu’elle passait à côté du projet, il s’est aveuglément obstiné à le poursuivre sans faire réaliser la moindre expertise préalable de l’état de l’ouvrage souterrain. Ainsi les lourds engins de chantier ont fait des allers et venues incessants sur le terrain et d’énormes quantités  de gravats ont été déposées  au-dessus de la galerie dont le toit se trouvait à une vingtaine de centimètres sous le sol. Ce qui a dû ébranler encore un peu plus sa structure déjà vétuste.

Il aura fallu attendre qu’un premier effondrement se produise en novembre 2019, créant un grand trou béant dans le parking intérieur, pour que le maire se décide enfin à faire réaliser une expertise de l’état de cette galerie.

Si seulement le Maire avait écouté Place Publique et s’il avait fait réaliser une expertise de cet ouvrage hydraulique avant d’engager les travaux, nous n’en serions surement pas là.

Un panneau du jumelage disparu dans la broussaille

Cela fait quarante ans que la ville de Cogolin est jumelée avec son homologue allemande Bad-Wildbad. Un panneau d’entrée de la ville mentionnant ce jumelage avait totalement disparu derrière la végétation sans que quiconque ne vienne la débroussailler. Simple négligence, nous direz-vous ! On peut en douter quand on sait que le Maire de Cogolin ne s’est jamais rendu dans la ville jumelée au cours de ses sept années de mandat. Une manière de plus d’afficher son nationalisme antieuropéen.

Fort heureusement, un fervent partisan de ces échanges humains et culturels a pris ses propres outils pour couper la végétation et permettre à toute personne entrant dans Cogolin de savoir que la commune est toujours bien jumelée avec la ville allemande de Bad Wildbad.

Face aux tentatives de Marc Etienne Lansade de gommer du paysage les signes d’une entente européenne, il y a toujours des résistants convaincus que le rapprochement entre les peuples est le meilleur garant d’une paix durable, contrairement à leurs replis à l’intérieur des frontières nationales.

Panneau jumalage

 

Le Maire rejette toujours l’Europe, pas son argent

Parmi les questions à l’ordre du jour, le maire a fait approuver l’acquisition d’un broyeur à végétaux financé  par une subvention européenne à hauteur de 40 %. L’élue de l’opposition, Mireille Escarrat, lui a suggéré avec malice  de réinstaller sur les ronds-points et les  espaces publics les drapeaux européens qu’il a fait disparaitre depuis le début de son premier mandat il y a sept ans.

« Comptez là-dessus » lui a sèchement répondu le maire pour lui signifier qu’il n’en était pas question.

Il est vrai que notre militant de la désunion européenne préfère le drapeau de la Russie, ses chaines de désinformation et ses apparatchiks.

Une nouvelle et énième reculade du Maire de Cogolin

Où est-il le pur-sang caucasien qui, après avoir trouvé Cogolin grâce à son GPS, voulait  transformer la ville en vaste champ de courses immobilières et financières ? Lors du dernier conseil, sa fougue semble s’être émoussée au moment où il a annoncé qu’il abandonnait le projet d’adaptation du PLU pour transformer le terrain du bénéficiaire de ses largesses en plateforme de déchets. Au cours de son premier mandat au moins, il essayait de franchir les obstacles, même s’il a chuté à de nombreuses reprises. Aujourd’hui  il le refuse carrément.

Cette nouvelle reculade vient s’ajouter à la liste déjà longue de celles qui ont jalonné les sept ans de mandat de monsieur Lansade : parking « Barrès », transformation du musée Sellier en hôtel privé, recrutement d’un membre du groupe d’extrême droite « génération identitaire », don illégal de bateau, décision de faire payer les salles municipales à certaines associations, marché d’audit fiscal illégal, enregistrement audiovisuel des conseils municipaux par une société proche de Frédéric Chatillon et Marine Le Pen, installation d’un chapiteau accueillant du public en zone inondable, parking du centre-ville, plan de circulation, modifications simplifiées n° 4 et 9 du Plan Local d’Urbanisme, première révision simplifiée du même PLU, marché de commercialisation des places de port, permis de construire du Yotel rebaptisé l’Hippodrome, projet de Zone Agricole Protégée…  Place Publique est fière d’avoir largement contribué à la plupart de ces renoncements du Maire.

Au cours de la même séance du conseil municipal, il a annoncé sa énième, et surement pas dernière, reculade : il ne va plus démolir le bâtiment de l’école Chabaud comme il en avait l’intention. Enfin une bonne nouvelle pour les Cogolinois !

Les largesses du Maire de Cogolin

Le plus grave dans l’affaire du pont Saint Marc, c’est que tout au long de l’année 2020, le maire a accordé à un riverain du chemin des Crottes des dérogations l’autorisant à faire passer sur cet ouvrage des camions de 36 tonnes. Et cela sans la moindre expertise préalable ! Au total, pour la seule année 2020, ce sont plus de 3 500 camions de 36 tonnes chacun qui ont emprunté ce pont dont l’expertise de juillet 2021 a démontré qu’il n’était pas capable de supporter une charge de 3,5 tonnes !

Ces dérogations, accordées au détriment de la sécurité des riverains,  ont permis à son bénéficiaire  de déposer plus 60 000 tonnes de déchets inertes de chantiers sur son terrain  pour la seule année 2020. Et cela sans la moindre autorisation au titre des Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE), mais avec la bénédiction complaisante du Maire et président de la compétence environnement de la communauté de communes.

Deux premières largesses qui en appellent une troisième, puisque le maire vient d’accorder à la même personne un permis d’aménager destiné à réaliser et niveler des exhaussements, en contradiction  totale avec les prescriptions formulées par la communauté de communes en 2015 : enlever les remblais réalisés, décaisser le terrain pour réduire son influence hydraulique vis-à-vis du risque d’inondation…

Enfin, tout le monde sait que c’est encore au profit de la même personne que le maire avait engagé une procédure de mise en compatibilité de PLU pour lui permettre de déclasser un autre de ses terrains de la zone agricole et le transformer en plateforme de déchets. Face aux levées de boucliers des riverains, du monde agricole, de l’opposition élue et de Place Publique, le maire a finalement abandonné son projet.

Comment se fait-il qu’une seule et même personne bénéficie de toutes ces faveurs de la part du Maire ? Y aurait-il un lien avec le fait qu’elle gérait le restaurant de plage du lot n° 2 avant que monsieur Lansade ne l’attribue à un couple de ses amis en 2015.