Rejoignez-nous sur la Place Publique.

Agora chez les grecs, Forum chez les romains, la place publique est le lieu où les habitants se retrouvent pour se rencontrer et discuter des affaires de la cité. Aujourd’hui pour nous la place publique reste cet espace de vie de la démocratie locale avec de nombreuses autres fonctions. Elle est le lieu de détente des familles où les parents peuvent faire connaissance, échanger et où les enfants peuvent jouer en toute sécurité. Si nous avons choisi le symbole de la place publique pour illustrer notre démarche, c’est parce que nous croyons que le dialogue libre et respectueux entre les cogolinois est la meilleure voie pour construire ensemble la ville de demain qu’ils veulent.

Actualités et Brèves

Le triste illusionniste - bulletin d'information n3

le-triste-illusionniste-bulletin-d-information-n3
La publicité tapageuse qui lui a été faite n'a pas suffi.
Ce n'est pas sous le chapiteau, installé en zone inondable de la plage des Marines, qu'était l'illusionniste. Le seul, le vrai se trouve toujours en mairie: un certain Marc Etienne Lansade.
Il fait disparaître dans son chapeau, aussi noir que ses idées, tout ce qui lui déplaît : bancs publics, danses orientales, commerçants maghrébins, animation sur les différences, anciens combattants africains du débarquement en Provence, drapeaux européens, gratuité des transports scolaires, dotations aux écoles, études du soir, subventions aux associations et au centre social...

Ce magicien à la baguette dévastatrice extirpe de l'abime des objets et des personnages insolites, parfois inquiétants : un premier adjoint révoqué de la police municipale; une directrice de la communication marraine de la fille de Marion Maréchal Le Pen, « Olympe », désormais le nom de la salle d'honneur de la mairie - celui du peintre Héliodore Pisan a été jeté aux oubliettes - un conseiller très spécial en urbanisme proche des inénarrables Balkany et compagnon de ses sorties avec le couple d'amis à qui il a attribué le restaurant de plage, récemment parti en fumée...

Il ne réussit pas tous ses tours de passe-passe et en abandonne, souvent sous la pression, en jurant que ce n'est pas sa faute mais toujours celle des autres. Ainsi en est-il allé du parking Maurice Barrès, de la démolition de l'école Chabaud pour des projets immobiliers, de la baisse exceptionnelle de la dotation de l'école qui avait osé inscrire la chanson Aïcha dans un projet pédagogique, du déménagement de la médiathèque, de l'enregistrement des conseils municipaux par une société de la nébuleuse d'extrême droite dirigée par Fréderic Chatillon, du recrutement d'un directeur de la communication issu de Collectif de Citoyens Cogolinois « génération identitaire », de l'attribution d'un marché d'audit fiscal passé sans mise en concurrence, des « dîners dans le ciel » du port des Marines, de la ZAC du littoral, de la Société Publique Locale d'Aménagement, du parking du centre-ville, de la gestion de la base nautique par une société privée...
Dénoncés par Place Publique, d'autres projets pourraient connaître le même sort : le plan de circulation, la revente de l'ancienne maison de retraite préparée par des notaires de Levallois Perret (toujours et encore), la vente à la découpe du terrain du Yotel, le déplacement du stade pour de nouveaux projets immobiliers, l'anticipation précipitée de la fin de la concession du port des Marines, la transformation de la demeure-musée Sellier en hôtel privé...

Marc Etienne Lansade est un marchand d'illusions, doublé d'un marchand de biens, publics de préférence ! La désinvolture avec laquelle il dilapide l'argent public pour financer sa politique spectacle de communication, de strass et de paillettes est affligeante. Il aura emprunté massivement 11,5 millions d'euros en trois ans alors qu'aucun équipement d'importance n'est sorti de terre à ce jour.

Combien de temps encore Marc-Etienne Lansade va-t-il faire illusion ?
Publié le : Lundi 26 septembre 2016
Notes de Lecture :
- « Le patriotisme, c’est l'amour des siens. Le nationalisme, c'est la haine des autres » (Romain Gary)

Assemblée générale de Place Publique le 30 septembre

assemblee-generale-de-place-publique-le-30-septembre
Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que l’association Place Publique vous tient informé(e) de ses activités dans le domaine de la vigilance et de l’animation citoyennes. Deux ans qu’elle dénonce les dérives de cet étrange équipage municipal : un policier municipal révoqué comme premier adjoint, un banquier qui a travaillé pour Patrick Balkany comme conseiller en urbanisme, une intime de Marion Maréchal Le Pen à la communication, un directeur de cabinet au passé sulfureux, avec à leur tête un ancien professionnel de l’immobilier de Levallois Perret.

Deux ans aussi que Place Publique propose des animations avec la conviction que la rencontre et le dialogue sont les seuls moyens de retisser les liens que la municipalité actuelle est en train de détricoter entre les Cogolinois.

A côté des paroles et des actes discriminatoires à l’égard d’une partie de la population, le maire entraine Cogolin dans une spirale financière dangereuse qui se traduit par une augmentation considérable des dépenses pour financer sa politique spectacle (personnel, animations, communications), une baisse des aides aux écoles, aux associations et à l’aide sociale, une baisse inquiétante de la capacité d’autofinancement du budget qui ne lui permet plus de rembourser la dette, un recours massif à l’emprunt alors qu’aucun projet d’investissement important n’a encore vu le jour.

Pour essayer de sauver les meubles et d’équilibrer son budget, il anticipe la fin de la concession du port des Marines dans une précipitation qui risque de compromettre ses espoirs de rentrées financières. L’autre manne espérée de projets immobiliers sur le terrain du Yotel semble s’enliser dans les marécages du risque d’inondation. En l’absence de recettes nouvelles, le maire envisage de vendre ou louer des biens de la commune à des intérêts privés : l’ancienne maison de retraite, le stade, la demeure-musée Sellier...

Il est urgent de faire cesser ce processus de dégradation du lien social, des finances et du patrimoine communal. Notre action passée a montré que nous pouvions faire obstacle à des projets contraires à l’intérêt général : parking Barrès, démolition de l’école Chabaud, déménagement de la médiathèque, sommes indument réclamées aux familles pour le centre aéré, parking semi-enterré du centre-ville, Société Publique Locale avec Fréjus, gestion privée de la base nautique municipale...

Nous devons poursuivre et renforcer notre action aujourd’hui ! Pour cela nous vous invitons à soutenir et à rejoindre notre rassemblement de citoyens déterminés à défendre les valeurs républicaines qui les unissent, dans le respect de leurs différences.

COGOLIN A BESOIN DE VOUS !REJOIGNEZ-NOUS!
PARTICIPEZ A L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE PLACE PUBLIQUE
QUI SE TIENDRA LE VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2016 A 18H00 A LA BASTIDE PISAN DE COGOLIN
Publié le : Mardi 20 septembre 2016
Images et Pdf complémentaires :
Catégories :
assemblée générale

LE RENARD, LE COQ ET LES GAZELLES, Fable de Jean de la Fontvieille

le-renard-le-coq-et-les-gazelles-fable-de-jean-de-la-fontvieille
A peine installé dans son palais communal
Maitre renard voulut régner sans partage
Sur la basse-cour de son royaume animal.
Pourtant, un coq au magnifique plumage
Y chantait chaque jour avec grande fierté
Sa gloire d’en être le sujet préféré.
Il paradait sur les armes de la cité,
Un musée en son honneur était consacré,
Une balade cycliste portant son nom
Réunissait chaque année nombre d’amoureux
De la nature, venus de tous horizons.
Cela rendait le renard royal ombrageux.
Il ne pouvait faire disparaitre pourtant
Celui qu’une légende avait fait symbole
Historique de la ville et ses habitants.
Avec sa ruse et sans aucun protocole,
Il décida de couper les ailes de l’oiseau
Afin de lui interdire ses balades.
Dans le même temps, deux gazelles au fin museau
Avaient en projet de grandes escapades.
Faisant leur promenade dans les parages,
Elles séduisirent vite l’animal roux.
Ainsi donna-t-il pour ordre sans ambages
Que l’on octroie aux antilopes les sous
Dont on avait privé le coq et ses amis.
Grace à cette allocation très généreuse,
Nos deux gazelles en voyage sont parties
Très loin gambader dans les dunes sableuses.
Pendant ce temps notre pauvre coq déplumé
Reçut de maitre renard l’ordre de marcher
Au pas de l’oie, tout comme un soldat de l’armée,
Incapable de se percher sur les clochers.

Morale
Mieux vaut pour voler deux « l » de gazelles
Qu’un gallinacé amputé de ses ailes
Publié le : Mercredi 31 août 2016
Catégories :
associationhumour

Retour sur terre brutal de « Dinner in the sky »

retour-sur-terre-brutal-de-dinner-in-the-sky-
Rien à voir avec l’atterrissage en douceur de « Solar Impulse » après un tour du monde réalisé avec la seule force de l’énergie solaire. Moins de quinze jours après son premier décollage, la nacelle, destinée à envoyer les convives d’un diner dans le septième ciel cogolinois à l’aide d’une grue, a été obligée de revenir au sol prématurément faute de clients.
Le maire n’avait pourtant pas ménagé l’énergie et les moyens de la commune pour favoriser le succès de l’évènement : mise à disposition gracieuse du terrain, publicité gratuite dans la revue municipale et le site de la mairie, donc aux frais du contribuable… Sans parler de moyens de sécurité (lesquels) dont il dit lui-même que « cela va lui permettre de récupérer des forces de sécurité (lesquelles ?) qui étaient affectées à la protection de cette attraction pour les répartir sur d’autres sites de la commune ». Loin de nous réjouir, cet échec nous inquiète, car ce mélange d’intérêts privés financés sur des fonds publics ne relève pas d’une grande rigueur de gestion municipale.
Comme à chaque fois qu’une affaire tourne mal, Marc Etienne Lansade crie haut et fort que cela n’est pas de sa faute, en imputant ce revers aux attentats.
Les véritables raisons, il faut les chercher ailleurs. Elles nous sont données en partie par les promoteurs belges de cette affaire : « Nous n’étions qu’aux Marines de Cogolin … pas à Saint-Tropez ». C’est plutôt ingrat vis à vis d’un maire qui leur a déroulé le tapis rouge, mais reflète hélas la réalité : qui aurait pu être intéressé par un repas dit « gastronomique » à 395 € dans le confort de la nacelle d’un camion grue avec vue imprenable sur le parking d’un supermarché et la grande roue d’un Luna Park ?
Avec « dinner in the sky », Marc Etienne Lansade démontre une nouvelle fois son savoir-faire en matière de tape à l’œil, de bling-bling et d’effet d’annonces. Souvenons-nous des projets de scooters et de grand prix automobile électriques tombés à l’eau eux aussi. Il confirme hélas son incapacité à proposer des projets cohérents et raisonnés au profit des cogolinois.
Sa façon de faire se révèle inquiétante et ne laisse présager rien de bon. Si « Dinner in the sky » n’est qu’une simple péripétie sans lendemain, qu’en sera-t-il de l’aménagement du terrain du Yotel qui se prépare dans la plus grande opacité ? Si, comme cela se dit, il veut en faire une pâle copie de Port Grimaud, la catastrophe financière n’est plus très loin.
Qu’adviendra-t-il du port des Marines dont il a décidé précipitamment la reprise en gestion anticipée sans la moindre étude technique et financière préalable, sans avoir évalué ni le coût de la reprise des installations, ni celui des amodiations en cours, ni l’état des infrastructures, tout simplement parce que c’est son dernier espoir d’y trouver le moyen de renflouer les caisses de la commune qu’il a déjà mises à mal ? Impréparation, précipitation et absence de concertation risquent de transformer un dossier financièrement prometteur pour la commune en véritable fiasco… et les contribuables cogolinois en moutons tondus !
Publié le : Lundi 1 août 2016
Images et Pdf complémentaires :
Catégories :
animations
  • Articles précédents

Qui sommes-nous ?

De nombreux cogolinois et quelques représentants de communes voisines avaient rempli la salle de la Bastide Pisan pour assister à la naissance...

Nos statuts

Il a été créé une association dénommée Tous Pour Cogolin le 27 juin 2013 dont les statuts ont été déposés le 25 juillet 2013 à la sous-préfecture...

Nous rejoindre

Vous souhaitez nous rejoindre, rien de plus simple :
- Remplissez le formulaire ci-dessous
- Cliquez sur le bouton vert pour...