Non aux permis de détruire le terrain boisé du Yotel – bulletin d’information n4

On comprend mieux pourquoi Marc Etienne Lansade a décidé de donner le nom de l’Hippodrome au terrain du Yotel. Il est devenu son terrain de jeu favori sur lequel il fait briller ses talents de parieur.

Le premier d’entre eux est celui du bluff. Il claironne qu’il va transformer cette pierre brute en diamant, que la commune restera l’aménageur, que les choix d’aménagement se feront dans le cadre d’une large concertation avec la population, que le projet sera un modèle d’éco quartier, que le terrain n’a jamais subi d’inondation…

Mais pendant qu’il amuse la galerie, il avance méthodiquement ses pions dans l’opacité la plus totale, sans informer son conseil municipal, sans se concerter avec les Cogolinois, jusqu’à ce conseil municipal honteux du 15 décembre 2016 où il décide autoritairement de vendre à la découpe plus de 10 hectares du terrain à un promoteur privé pour y construire 60 000 m 2 de surface de plancher.
En réalité, monsieur Lansade fait l’exact contraire de ce qu’il dit ! Car son deuxième talent est celui de la manipulation. Pressé de rentrer l’argent de la vente dont il a besoin pour équilibrer son budget, il n’hésite pas à réduire les surfaces vendues et à découper le projet en morceaux pour essayer de le faire échapper à une lourde étude d’impact. Il n’a pas réussi à éviter cette dernière, mais est tout de même parvenu à esquiver une enquête publique qui eût été la moindre des choses pour un programme immobilier de cette ampleur.

Il affiche enfin un culot à toute épreuve en accordant les permis de construire, faisant fi non seulement des observations des particuliers, mais aussi de celles des services de L’État qui considèrent que le projet est en contradiction avec la loi littoral, qu’il n’appréhende pas ses impacts réels sur l’environnement et les transports dans le fond du golfe, qu’il ne prend pas la mesure suffisante des risques liés aux inondations…

Nous devons tout faire pour empêcher ce projet immobilier démesuré de détruire le dernier espace boisé de qualité de ce bout de littoral. Cela ne veut pas dire que ce terrain communal ne puisse pas faire l’objet d’une mise en valeur économique. Mais celle-ci doit s’étudier dans le respect des équilibres environnementaux et sociaux, et surtout dans le cadre d’une réelle concertation avec les Cogolinois qui sont propriétaires de ce bien si précieux.

http://www.varmatin.com/vie-locale/nouveau-recours-contre-la-vente-du-terrain-du-yotel-a-cogolin-153267
http://www.varmatin.com/politique/projet-immobilier-du-yotel-a-cogolin-letude-dimpact-jugee-insuffisante-par-les-services-de-letat-180764
http://www.varmatin.com/vie-locale/pourquoi-place-publique-appelle-a-dire-non-au-betonnage-du-yotel-a-cogolin-185941
http://www.varmatin.com/vie-locale/projet-immobilier-denvergure-a-cogolin-limpact-sur-le-trafic-neglige-188171
http://www.varmatin.com/vie-locale/les-associations-font-front-commun-contre-le-betonnage-du-yotel-a-cogolin-198973

Si vous souhaitez donner votre avis sur notre association, n’hésitez pas à remplir le questionnaire suivant : http://www.placepubliquecogolin.fr/article/en-quelques-clics-repondez-au-questionnaire.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.