LABEL D’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE REMARQUABLE DES MARINES DE COGOLIN : le Maire demande son annulation et perd devant le Tribunal Administratif

C’est un bien étrange épisode judiciaire qui s’est déroulé dans la plus grande discrétion et qui vient de se dénouer par une nouvelle défaite de Marc Etienne Lansade devant les tribunaux. Une de plus qui vient s’ajouter à une série tellement longue que l’on n’arrive plus à les compter !

Rappel : Le 4 juin 2018, le Préfet de Région décide d’attribuer le label « d’architecture contemporaine remarquable » aux résidences de « la Brigantine » et de « la Galiote » des Marines de Cogolin en s’appuyant sur l’avis de la commission régionale du patrimoine et de l’architecture. Les motifs élogieux avancés pour attribuer ce classement sont nombreux : « la notoriété de la maîtrise d’œuvre et de la réalisation » ou encore « cette œuvre constituait une réponse innovante à la question des aménagements linéaires portuaires »…

Un maire soucieux des intérêts de sa commune  se serait aussitôt saisi de cette reconnaissance pour la mettre en valeur et promouvoir son image. Pas le maire de Cogolin qui a discrètement engagé un recours auprès du tribunal administratif pour demander l’annulation du classement architectural, aux frais de la commune qui plus est.

Cela parait incroyable, et pourtant c’est vrai ! Mais pour les lecteurs avertis des informations de Place Publique, cela n’est pas vraiment une surprise. Ils se souviennent surement du luxueux appartement avec piscine que la régie du port a acheté en 2018 au prix de 3,1 millions d’euros pour y installer un soit disant Yacht club. Notre association avait alors dénoncé cette dépense inutile dans un contexte financier plus qu’incertain. Deux ans plus tard, l’histoire lui donne raison puisque le lieu n’a servi qu’à accueillir des réceptions et des mariages privés avec le concours bénévole du personnel de la régie. C’est ce que l’on appelle user et abuser de biens sociaux au profit d’intérêts privés.

Préparation d’un banquet privé dans le pseudo yacht-club de la régie du port

Alors c’est vrai, le label obtenu dérangeait monsieur Lansade dans ses propres projets architecturaux pour lesquels il avait lancé un concours et attribué un marché. Encore des dizaines de milliers d’euros  jetés par les fenêtres.

Ce nouveau déboire judiciaire est un camouflet de plus pour Marc-Etienne Lansade mais aussi pour Jean-Marc Smadja qui est le véritable capitaine de la gestion désastreuse du port. Dans ses eaux troubles le directeur de la régie, monsieur Giorsetti, vient de quitter le navire en démissionnant. Monsieur Smadja lui y émarge toujours en qualité de conseiller.

Un maire ne devrait être élu que pour servir l’intérêt général. Celui de Cogolin n’a de cesse d’attaquer le cœur du patrimoine communal, de le céder, le vendre et le dénaturer pour servir des intérêts privés. Dans un contexte sanitaire qui est la préoccupation première des Cogolinois, et c’est normal, Place Publique continue et continuera à veiller à la protection des biens publics qui leur appartiennent. La prochaine cible de Marc Etienne Lansade est l’école publique Chabaud qu’il veut démolir pour construire de nouveaux projets immobiliers. Nous nous y opposerons avec la plus grande fermeté.

2 réponses sur “LABEL D’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE REMARQUABLE DES MARINES DE COGOLIN : le Maire demande son annulation et perd devant le Tribunal Administratif”

  1. Si un maire devrait avoir pour 1ère préoccupation les intérêts de sa commune et de ses administrés. Il apparaît qu’il en est d’autres qui ont comme intérêt 1er le leur.
    Lansade, élève zélé de Balkany en étant le plus méprisable représentant.

  2. Merci pour cet article percutant, chaque initiative municipale devrait présenter un progrès pour la collectivité mais avec cet individu c’est l’inverse, il y avait « Monsieur Plus » il y a monsieur moins à Cogolin.
    Ce serait intéressant de lister, chiffrer et documenter le plus factuellement possible toutes les actions néfastes commises par le maire, cela permettrait de répondre à ceux qui pensent que « lui au moins il fait de chose » . Cela préparerait l’avenir en exposant des faits seulement des faits.
    Très cordialement
    françois ROOS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.