Comité de Vigilance Fréjus et Cogolin

A Cogolin, au coeur du Golfe de Saint-tropez, loin des médias, le Front national s’embarrasse de moins de précaution dans sa gestion municipale.
La cité était connue pour avoir vu grandir Emmanuelle Béart. Aujourd’hui, la décision de baptiser l’un de ses parkings du nom de Maurice Barrès – l’écrivain antidreyfusard, grand idéologue de l’extrême droite française – fait les gros titres des journaux.

Parachuté en mars dernier, Marc-Etienne Lansade, entrepreneur parisien d’un quarantaine d’années, a réussi à s’emparer des clés de la ville en réalisant une violente campagne anti-islam.
Après avoir multiplié les effets d’annonce (embellissement des ronds-points et d’un local à poubelles, nouveaux panneaux de signalisation, inscription de la devise “Liberté, Egalité, Fraternité”, effacée par le temps, sur le fronton de la mairie,…), celui qui taillait le bout de gras avec Jean-Marie Le Pen lors de la sortie du patriarche frontiste sur Ebola, solution parfaite pour résoudre le problème de l’immigration, met en place une politique qui ne déplairait pas à ce dernier.
Mode opération : “La Reprovençalisation.”

“Ce terme est un paravent pour dire que les commerçants qui vendent des produits orientaux ou d’origine maghrébine ont été poussés dehors, estime Francis José-Maria, cofondateur de Place publique, collectif de citoyens constitué à la suite de la victoire du Front national.
C’est une hérésie car lorsqu’on rabougrit les marchés, le commerce diminue. Ce repli sur soi, c’est comme dire aux Phéniciens : ‘repartez chez vous’.”

Dans un communiqué envoyé aux Cogolinois pour ses cents premiers jours de mandat, Marc-Etienne Lansade se félicitait de la “destruction de l’extension illégale de la mosquée”. Cette “grande opération urbanistique” est en réalité plus modeste qu’il ne le suggère. “J’avais obtenu de l’ancien maire l’autorisation de construire une marquise d’une cinquantaine de centimètre au-dessus de la porte d’entrée de la mosquée pour nous protéger de la pluie, explique l’imam Ali Atik. Monsieur Lansade m’a demandé de la détruire par courrier dès qu’il a été élu.”

Comme tout bon maire frontiste, Marc-Etienne Lansade mise tout sur la sécurité : recrutement de deux nouveaux policiers municipaux et renforcement de la vidéosurveillance sur le port de plaisance de la ville.
Mais c’est l’un de ses propres élus qui a eu des problèmes disciplinaires.
Fin juillet, Eric Masson, son premier adjoint délégué aux finances, a été révoqué de la police cannoise pour avoir multiplié les dérapages. En février dernier, il s’était distingué en débarquant en furie dans les bureaux de la direction des ressources humaines de Cannes.
Traumatisée, une femme enceinte avait été transportée en état de choc au centre hospitalier. Suspendu de la fonction publique territoriale par le conseil de discipline de la municipalité cannoise à cause de son comportement, Masson s’est vu refuser la demande de mutation qu’il espérait. Il avait pourtant trouvé un point de chute idéal dans la ville voisine où un maire FN lui avait donné son accord. Son nom ? Fréjus.

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-08-13-Les_inrock.pdf

la pétition contre le parking Maurice Barrès

Pour être présentables et élus aux élections municipales, les représentants du front National nous avaient juré leurs grands dieux qu’ils n’étaient plus d’extrême droite. “Chassez le naturel, il revient au grand galop”. C’est ainsi que sur instruction nationale, le maire de Cogolin a décidé de donner au parking du square Mansui le nom de Maurice Barrès, un des principaux idéologues de l’extrême droite et l’un des farouches accusateurs du capitaine Dreyfus.

Cette décision qui pourrait apparaître anodine, est grave. Elle est surtout inacceptable au regard de notre histoire locale et nationale. Elle constitue une véritable insulte à notre mémoire collective.

La première insulte est celle faite à la mémoire de Marcel Mansui, jeune cogolinois qui fut l’un des tous premiers soldats du contingent à mourir pour la France en Algérie. Même si la tentation a dû être grande, le maire FN n’a pas osé aller jusqu’à l’effacer de notre mémoire communale. Par contre, il n’a eu aucun scrupule à réduire l’espace consacré au jeune soldat cogolinois pour s’approprier la partie dédiée à un parking et l’affubler du nom d’un nationaliste d’extrême droite n’ayant aucun lien avec l’histoire de notre cité.

La deuxième insulte est celle qui est faite à la mémoire de notre histoire nationale. Cette grande Histoire qui fait l’honneur de la France, celle qui a su repousser le racisme et la stigmatisation en réhabilitant le capitaine Dreyfus. Et aujourd’hui c’est l’homme antisémite qui a combattu le capitaine Dreyfus que notre représentant local du FN voudrait mettre à l’honneur sur un espace public cogolinois !

Cette manière de réécrire l’histoire est inacceptable et nous appelons tous les républicains soucieux du respect de notre mémoire à signer la pétition pour s’opposer avec fermeté à l’appellation du parking du square Mansui du nom d’un idéologue de l’extrême droite, par la seule volonté des instances dirigeantes du Front National.

Notes de Lecture :
– Article sur la dénomination : http://goo.gl/zU2EVz
– Article de VarMatin : http://goo.gl/R8psYt
– Le maire recule : http://goo.gl/3pNEMv
– La pétition en ligne : http://goo.gl/A1VTia

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-07-16-Square-Mansui.pdf
– 2014-07-22-Petition-contre-Maurice-Barres.pdf
– 2014-07-30-Square_Mansui.pdf

Intervention sur la délégation de la gestion du cinéma Raimu

Monsieur le Maire,

Lors de sa réunion du 16 juin 2014, vous avez fait délibérer le conseil municipal sur le choix de la délégation de service public pour l’exploitation et la gestion du cinéma Raimu ainsi que sur l’autorisation d’engager une procédure de délégation de service public simplifié et de lancer l’avis d’appel public à la concurrence correspondant.

Comme le rappelle le texte de votre délibération, conformément à l’article L.1411-4, les assemblées délibérantes des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs établissements publics se prononcent sur le principe de toute délégation de service public local après avoir recueilli l’avis de la commission consultative des services publics locaux prévue à l’article L. 1413-1. Ce dernier article stipule que les communes de plus de 10 000 habitants (…) créent une commission consultative des services publics locaux pour l’ensemble des services publics qu’ils confient à un tiers par convention de délégation de service public ou qu’ils exploitent en régie dotée de l’autonomie financière.

Cette commission, présidée par le maire (…) ou son représentant, comprend des membres de l’assemblée délibérante ou de l’organe délibérant, désignés dans le respect du principe de la représentation proportionnelle, et des représentants d’associations locales, nommés par l’assemblée délibérante ou l’organe délibérant.

La commission examine chaque année sur le rapport de son président le rapport, mentionné à l’article L.1411-3, établi par le délégataire de service public. Ce rapport comporte notamment les comptes retraçant la totalité des opérations afférentes à l’exécution de la délégation de service public et une analyse de la qualité de service. Ce rapport est assorti d’une annexe permettant à l’autorité délégante d’apprécier les conditions d’exécution du service public.

Je constate que vous avez fait délibérer le conseil municipal sur le choix d’une gestion déléguée sans porter à la connaissance des élus ni l’avis motivé de la commission consultative des services publics locaux, ni celui du Comité technique paritaire, ni les éléments techniques et financiers relatifs à l’exécution et à la qualité du service. L’absence totale de ces informations préalables n’a pas permis d’éclairer le choix des élus sur le mode de gestion entre délégation et régie. Elle constitue un vice de procédure qui remet en cause la légalité de votre délibération.

Je vous serais par ailleurs reconnaissant de bien vouloir m’indiquer à quel service de la mairie je dois m’adresser pour consulter les documents suivants :

– L’avis de la commission consultative des services publics locaux, la date à laquelle elle s’est réunie ainsi que les membres présents
– Le dernier rapport du délégataire avec ses comptes et l’analyse de la qualité du service
– L’avis du Comité Technique Paritaire.

Je vous prie d’agréer, monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-06-26-Lettre-au-maire-delegation-Raimu.pdf
– 2014-06-26-Lettre-au-Prefet-delegation-Raimu.pdf
– 2014-07-21-Reponse-Lansade-delegation-Raimu.pdf

On parle de nous

Tout est dans le nom : «Place Publique». Avec cette association, le cogolinois Francis José-Maria, candidat aux dernières élections municipales, souhaite ouvrir le débat. A tous. Et sur tous les fronts.
«L’essentiel c’est qu’il se passe quelque chose.» Cette association va concrètement prendre le relais de celle créée au moment de la dernière campagne électorale et qui s’appelait alors «Tous pour Cogolin».
«On souhaitait lui donner une capacité d’agir, d’engager des démarches sérieuses», d’où le changement de statut.
Avec des motivations claires et simples : «Après les élections, des citoyens sont venus nous dire : «On ne peut pas rester sans rien faire»».
Comme une suite logique du travail engagé pendant la campagne au cours de laquelle son équipe avait rassemblé des habitants, incité les Cogolinois à participer à la vie publique.

ACTEUR PLUTÔT QUE SPECTATEUR

Après un temps de réflexion, il en a conclu qu’il ne pouvait «pas être spectateur après ce qu’il s’était passé.» Un défi autant collectif que personnel : «A partir du moment où l’on s’est engagé, il faut continuer… Et malgré mon grand âge, qui aurait pu m’inciter à faire autre chose, une vie de grand-père tranquille, par exemple, c’est en pensant à eux [ses petits-enfants, Ndlr] que j’ai décidé de continuer. Qu’est-ce-que sera leur futur ?»
Il y a, en filigrane, la volonté de ne pas abandonner le terrain au Front national. «C’est un parti pas comme les autres. Il ne s’agit pas de remettre en case le vote démocratique» indique-t-il. Au cours de la campagne, il a ressenti «ce sentiment de frustration de la population vis-à-vis des dirigeants politiques.»
Dans la cité de Cogolin, son collectif «sera vigilant» sur les actions municipales. Pas question cependant, déclare-t-il, «de diaboliser le Front national». Sans pour autant «banaliser sa nature”.

UN COLLECTIF, FORCE DE PROPOSITIONS

Avec les 80 membres qui ont déjà adhéré à «Place Publique», les prises de position de l’association, donc, «ne seront pas qu’un contrepoint aux actions de la municipalité». Celle-ci entend être «une force de propositions» sur les dossiers de fond qui ne manqueront pas.
En revanche, «ce qui manque aujourd’hui dans la vie publique et politique, pointe-il, c’est la prise de parole des citoyens.»
Aussi rêve-t-il de «créer des lieux et l’accès au débat. Il faut d’autres formes de participation à la vie publique et d’écoute» : car c’est «ce sentiment profond qui les décideurs politiques n’écoutent plus les gens” qu’il a ressenti au cours de la campagne municipale.
Il n’exonère pas cependant le citoyen lambda : «Tout le monde a sa part de responsabilité. C’est notre faute collective si tout ne va pas bien.»

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-07-04-Article_Var-Matin.pdf

Assemblée Générale du 21 Juin 2014

ORDRE DU JOUR:

Modification du nom et des statuts de l’Association «Tous Pour Cogolin».

L’association «Tous pour Cogolin», qui a accompagné et soutenu l’équipe de Francis José-Maria pendant la campagne électorale municipale, va transformer son nom et ses statuts pour devenir une association d’animation et de vigilance citoyenne dont les grands objectifs sont:

– de créer un pole d’animation dans les différents domaines de la vie de la cité: culture, sport, loisir, jeunesse, économie, communication…
– de favoriser la rencontre et le dialogue entre tous les cogolinois en organisant des débats et conférences sur de nombreux thèmes d’intérêt communal, intercommunal et plus largement sociétal.

– d’exercer un contrôle permanent de l’action de la nouvelle municipalité FN, afin de veiller à ce
que les décisions qu’elle va pr endre ne portent pas atteinte aux principes républicains auxquels nous sommes attachés, ne mettent pas à mal l’intérêt des cogolinois et les finances communales. Il s’agira d’analyser ces décisions, de les expertiser et d’exprimer notre position sur les différents
dossiers communaux, en nous appuyant sur les différentes commissions thématiques que nous allons réorganiser et renforcer.

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-06-21_PV_de_l_AG.pdf

Place Publique se ré-organise

Madame, Monsieur,

J’ai le plaisir de vous informer que l’association Tous pour Cogolin, qui a accompagné et soutenu notre équipe pendant la campagne électorale municipale, va transformer ses statuts et son nom pour devenir une association d’animation et de vigilance citoyenne dont les grands objectifs sont :

– de créer un pole d’animation dans les différents domaines de la vie et de la cité : culture, sport, loisir, jeunesse, économie, communication…
– de favoriser la rencontre et le dialogue entre tous les cogolinois en organisant des débats et conférences sur de nombreux thèmes d’intérêt communal, intercommunal et plus largement sociétal.
-d’exercer un contrôle permanent de l’action de la nouvelle municipalité FN, afin de veiller à ce que les décisions quelle va prendre ne portent pas atteinte aux principes républicains auxquels nous sommes attachés, ne mettent pas à mal l’intérêt des cogolinois et les finances communales. il s’agira d’analyser ces décisions, de les expertiser et d’exprimer notre position sur les différents dossiers communaux, en nous appuyant sur les différentes commissions thématiques que nous allons réorganiser et renforcer.

Je vous invite vivement à rejoindre ce collectif de citoyens en participant à sa prochaine réunion qui se tiendra le samedi 21 juin 2014 à 16H30 à la Bastide Pisan de Cogolin.

A cette occasion nous installerons son conseil d’administration.
Nous mettrons en place son organisation et ses différentes commissions thématiques auxquelles vous pourrez participer si vous le souhaitez.

Vous pouvez également y inviter toutes vos connaissances susceptibles d’être intéressées pour participer à cette entreprise citoyenne dans un esprit de dialogue, de respect et d’ouverture, sans parti pris, mais avec un attachement commun aux valeurs républicaines et humanistes.

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-06-01-Petit-Impertinent.pdf
– 2014-06-19-Annonce_Journal_UOSC.png

les déboires du premier adjoint, monsieur Masson

Depuis le 28 février dernier, impossible pour les policiers municipaux de Cannes de monter au premier étage de l’hôtel de ville avec leur arme. Pourquoi ? La veille, un incident pour le moins incongru est survenu dans les bureaux du service des ressources humaines.
Ce jour-là, deux policiers débarquent. Un est particulièrement remonté. Le brigadier-chef Éric Masson veut qu’on lui paie trois jours qui ne figurent pas sur son bulletin de salaire.
Il explique qu’ils ont servi à assumer son rôle de gendarme réserviste. À la DRH, on lui rétorque qu’il n’y a aucun justificatif de son absence.

LES FAITS REPROCHÉS

Le ton monte. Le policier s’énerve contre les employées présentes. Une responsable arrive et refuse de se plier à la réclamation du fonctionnaire.
L’ambiance est électrique. À un moment, l’agent s’avance vers la responsable et, selon des témoins, il est suspecté d’avoir approché sa main de l’étui de son arme comme pour la saisir.
Face à ce geste, l’autre policier ceinture son collègue, qui donne alors un coup de pied dans une étagère.
Qui s’écroule dans un fracas et les cris des employées. Tout l’étage se précipite. Une version qu’Éric Masson, réfute en bloc. « Les bras m’en tombent. Il y a eu un petit incident. Je me suis expliqué. Il n’y avait rien d’agressif, ni de délictuel. Je n’ai d’ailleurs eu aucune sanction. Je n’aurai jamais mimé une manipulation d’arme, alors que je venais pour mes missions de gendarme et en pleine élection municipale », justifiait-il, hier, par téléphone.
Car Éric Masson n’est pas seulement policier municipal à Cannes. Depuis les dernières élections, il est le premier adjoint, délégué aux finances, de la nouvelle municipalité Front national de Cogolin, dans le Var.

DES ANTÉCÉDENTS

Après l’esclandre du 27 février, une des employées s’est rendue au commissariat de Cannes pour porter plainte. Celle-ci est en cours d’instruction.
Pour Éric Masson, « on cherche à me nuire. C’est peut-être de la jalousie. S’il y avait eu quelque chose, je ne serais pas en train de vous parler aujourd’hui ».
Le policier a pourtant déjà fait l’objet de rapports sur son comportement. En juin 2009, alors qu’il intervient avec une autre patrouille et qu’un de ses collègues lui fait une remarque, il lui est reproché d’avoir saisi son arme, d’être sorti de son véhicule et d’avoir dirigé le canon vers les autres policiers.
Une note de la direction de la police municipale viendra clore cette péripétie. L’agent qui « à récemment fait preuve d’une déviance comportementale » est transféré au service de jour « afin d’apaiser le climat délétère qui règne », dans celui de nuit.
Il fait également partie du groupe d’agents cités dans l’affaire de la douteuse douche à la chantilly sur une jeune policière en 2011. Une soi-disant « blague de potache » qui avait pourtant défrayé la chronique.

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-04-19-Article-Masson.pdf
– 2014-05-03-Masson-desarme.pdf
– 2014-07-23-Revocation_Masson.pdf
– 2014-07-25-Courrier-au-Maire.pdf
– 2014-07-26-Revocation_Masson_Communique.pdf
– 2014-08-08-Lettre-au-Prefet.pdf

La fin de l’OTACC

L’adjointe à la communication et au tourisme, Laetitia Picot, nous a adressé le communiqué suivant pour expliquer le pourquoi de l’absence des quatre conseillers élus au CA de l’association : « L’ensemble des documents demandés, dès le jour où la date de l’assemblée générale a été connue, n’a pas été fourni à ce jour… Nous n’avons, à ce jour, aucune connaissance des membres qui composent l’association. Nous n’avons eu connaissance qu’hier [lire mercredi] des membres des collèges actuels, de ceux qui sont démissionnaires et des sortants.

Par ailleurs, toujours selon les statuts, les votants doivent être adhérents depuis plus d’un an. Ainsi nous n’avons aucune possibilité de vote, dans le cadre de cette assemblée générale dont le propos était notamment : le renouvellement du conseil d’administration et du bureau.
Comment prendre part à une organisation dont nous ne connaissons ni les membres, ni le détail des comptes, ni le prévisionnel pour 2014 ? Comment engager la maire de Cogolin et par la même ses citoyens dans une organisation dont nous ne serions que minoritaires, sans pouvoir de décision, et pour laquelle, par ailleurs, nous engagerions un budget conséquent (600 000 euros prévus au budget prévisionnel de 2014) ?

Ainsi, la décision a été prise de ne pas engager la ville de Cogolin et ses citoyens dans cet organisme qui a fait preuve d’obscurantisme jusqu’à présent : des documents remis au compte-gouttes (rapports de commissaire au compte, contrats de travail …) ; des documents remis obsolètes (tel qu’un contrat de travail CDD, achevé a priori transformé en CDI, quelques jours avant les élections mais dont nous n’avons à ce jour reçu aucun avenant) : des comptes gardés obscurs, de grandes masses, sans détail, ne permettant aucun contrôle réel des dépenses.
Enfin, 245 000 euros d’ores et déjà versés à l’association sur l’enveloppe de 600 000 euros budgétisée par l’ancienne municipalité pour 2014, sans prévisionnel et sans connaitre les dépenses déjà réalisées.

Par ailleurs, nous ne pouvons que souligner les comportements hostiles de la part des membres du bureau bien sûr, mais également des personnels de l’association vis-à-vis de la nouvelle municipalité (qu’il s’agisse de propos ou de mails dont nous avons reçu copie).
Voilà pourquoi, sans plus d’information et mise en confiance, nous avons jugé inconséquent, voire dangereux, d’engager la mairie et par là même les citoyens de la ville. Nous avons revu notre délégation il y a à peine dix jours et nous ne souhaitons pas engager dans la précipitation l’argent public et pour suivre une délégation qui lierait la municipalité à une structure opaque. »

Notes de Lecture :
– L’article sur le site de VarMatin : http://goo.gl/pbbT3Q
– L’article sur le site de VarMatin : http://goo.gl/b17UJ5
– L’article sur le site de VarMatin : http://goo.gl/nIa9ZI

Images et Pdf complémentaires :
– 2014-04-19-Fin-OTACC.pdf

Liberté, égalité, fraternité, Quand les mots perdent leurs sens

Ironie de l’histoire : après 19 ans d’un mandat de Jacques Sénequier qui n’a jamais daigné réinscrire la devise de notre république au fronton de la mairie de Cogolin, c’est le Front National qui s’empresse  de le faire dès son arrivée au pouvoir pour se draper des oripeaux contraires à ses propres valeurs.

Il suffit que chacun en appelle à son devoir de mémoire en se posant la question suivante : à quel moment de notre histoire l’extrême droite a-t-elle été actrice d’un projet politique porteur de liberté, d’égalité et de fraternité ?
La réponse est constante : partout où l’extrême droite a exercé le pouvoir, elle a restreint les libertés, accentué les inégalités et exterminé la fraternité.

Le mot n’est pas la chose. Celui qui le prononce n’est pas le garant de son authenticité. Ne soyons pas dupes et jugeons les vrais républicains aux actes, pas aux paroles.