Enquête Publique, Tout ça pour quoi ?


Début septembre, les habitants des vieux quartiers ont reçu un courrier(*) de la mairie leur demandant en particulier s’ils savaient que depuis 2016, la mairie de Cogolin souhaitait embellir le centre-ville (sic)?

Si embellir la ville consiste  à:

  • Disposer des transformateurs sur l’espace public en supprimant une placette et son arbre ?
  • Construire ou laisser construire des bâtiments disproportionnés au regard des constructions voisines ?
  • Démolir la fontaine dangereuse place aux boules pour faire place nette devant le café des sports et l’Installer dans un jardin d’enfants ?
  • Installer un éclairage public “tout plastique” du plus bel effet ?
  • Laisser arracher à la pelleteuse des pins maritimes qui devaient gêner le promoteur ?
  • Accorder des permis de construire qui suppriment des jardins et bétonnent un peu plus le vieux village ?
  • Supprimer les bancs publics ?
  • Recouvrir les façades de peintures ou marouflages aux dessins parfois hasardeux ?
  • Placer une antenne relais à l’entrée de la ville ?
  • Repeindre l’office du tourisme façon “cabane de plage” ?
  • Autoriser la création d’ un parking à plein soleil pour agrémenter de risques l’aire de jeu des enfants ?
  • Transformer le vieux village en parcours Disneyland par le maquillage des bornes blanches de circulation de la rue nationale et de la placette en cactus fleuris, les rendants du coup invisibles la nuit ?
  • Installer des poteaux didactiques pointant Vatican / présent /passé/futur ou Berlin aux endroits stratégiques ?
  • Implanter en saison des terrasses de restaurants sur les voies publiques ?
  • Sans oublier les feux rouges transformés en  clignotants , les ralentisseurs aux rond- points et les plans de circulations fluctuants ?
  • Ignorer la séparation de l’église et de l’état ( loi du 9 décembre 1905) en installant une statue de St Maur sur un rond point à la sortie de la ville où comme dans tout Cogolin  le drapeau Européen ne flotte pas ?
  • Planter des panneaux publicitaires n’importe où y compris au plus près de la mer ?

La contagion gagne le rivage
On a des soucis à se faire !!

Lire le courrier de la ville

Notre galerie :

Exposition “Le FN au bout du crayon”. Un vent de liberté a soufflé sur Cogolin

En raison du refus du maire de nous prêter une salle, grâce à l’hospitalité courageuse d’une famille cogolinoise, nous avons installé les tentes et l’exposition sur un terrain privé en plein air avec une grande inquiétude compte tenu du vent violent qui a soufflé toute la journée de samedi sur Cogolin. Eole s’est miraculeusement calmé moins d’une heure avant l’ouverture du vernissage et a permis au vent doux de la liberté de souffler à l’intérieur même des murs d’une ville FN.
Nous avons été agréablement surpris par le grand nombre de participants, démontrant que la résistance et la reconquête sont possibles, malgré les refus de salle et les mauvais traitements d’un maire qui a peur de la liberté. Aux côtés d’Alexandre Faure et des membres du Crayon, des partenaires de l’expo et des journalistes du Ravi, les collectifs voisins du Luc et de Fréjus nous ont fait l’amitié de leur présence, ainsi qu’une association citoyenne de Brignoles. SOS racisme était représenté par Sonny Phung, jeune et sympathique responsable des Alpes Maritimes. Sacha Czertok de l’UEJF s’était excusé.
Cette belle soirée fut une véritable bouffée d’oxygène, un signe fort d’encouragement à poursuivre nos actions citoyennes destinées à faire vivre des espaces de résistance, de rencontres et de liberté sur des terres que le FN cherche à bruler par les peurs, la haine, les menaces et les discriminations.
Ce vernissage a donné le coup d’envoi du tour de France que cette magnifique exposition va effectuer dans les différentes villes FN et d’autres aussi. Elle reviendra dans le golfe du 1ier au 9 avril à Ramatuelle.
Le texte du message d’accueil de Place Publique figure en pièce jointe.

Images et Pdf complémentaires :
– un-vent-de-liberta-a-souffla-sur-cogolin-pdf.20170320.pdf

L’ EXPOSITION “LE FN AU BOUT DU CRAYON” DÉMARRE LE 18 MARS A COGOLIN

Les associations “Le Crayon” et “Place Publique” ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition “LE FN AU BOUT DU CRAYON” qui, malgré le refus de salle du maire de Cogolin, pourra se tenir le samedi 18 mars 2017 à 18 heures sur le terrain privé situé entre les numéros 92 et 94 de l’avenue Clémenceau de Cogolin. Ce vernissage donnera le départ du tour de France que cette exposition va effectuer dans les villes dirigées par le FN et de nombreuses autres. Un premier calendrier de son itinéraire est indiqué dans le dossier de presse joint, sa mise à jour vous sera communiquée au fur et à mesure de la participation de nouvelles villes.
Nous espérons votre participation et comptons sur votre soutien pour promouvoir cette riche exposition de dessins qui doit contribuer à faire connaitre le vrai visage du Front National à quelques semaines des élections présidentielles.
Le secrétariat de Place Publique

Le Front National est aux portes du pouvoir. Dans les villes-laboratoires conquises par l’extrême droite, la liberté d’expression est encore une fois sérieusement menacée : spectacles interdits, bibliothèques expurgées, procès intentés aux dessinateurs et humoristes, budgets d’associations coupés, etc. C’est pourquoi nous présentons l’exposition « Le F.N. au bout du Crayon » en priorité dans ces municipalités.
Alexandre FAURE, président de l’association Le Crayon

« On assiste dans toutes les communes F.N. à une remise en cause inquiétante de la liberté d’expression des associations, des commerçants, des écoles, des collectifs citoyens, des oppositions politiques, de la presse… L’exposition « Le FN au bout du Crayon » est pour nous un moyen de reconquérir un espace de liberté que le F.N. cherche à étouffer dans les communes, comme il le ferait dans le pays s’il y prenait le pouvoir. »
Francis JOSÉ-MARIA, président du collectif citoyen de Cogolin Place Publique.

EXPOSITION – CONFERENCE SUR LA PERIODE DE VICHY Interview de l’historien Alexandre Faure

A la veille de la conférence qu’il animera vendredi 6 novembre 2015 à la Bastide de Cogolin, Alexandre Faure a expliqué les principales raisons qui l’ont conduit à répondre favorablement à l’invitation qui lui a été faite par Place Publique de venir parler de l’histoire de la période de Vichy, plus particulièrement de son projet culturel. L’interview qu’il a donnée à Var Matin a le mérite de la clarté : « le discours identitaire puise ses sources dans le terreau des discours pétainistes ». Pour lui, « l’histoire ne se résume pas à des faits que l’on étudie en tant que tels. Elle n’est intéressante que dans la mesure elle nous permet de mieux comprendre le présent ».
Nous vous invitons à venir en débattre avec lui et à visiter l’exposition sur la propagande de Vichy qui se tiendra le vendredi 6 novembre de 14H30 à 17H30 et le samedi 7 novembre de 9H30 à 17H30 à la Bastide Pisan de Cogolin. Les entrées à la conférence et à l’exposition sont libres.

EXPOSITION-CONFERENCE SUR LA PERIODE DE VICHY Les 6 et 7 novembre 2015 à la Bastide Pisan de Cogolin

EXPOSITION SUR LA PROPAGANDE DE VICHY
Ouverte vendredi 6 novembre de 14H30 à 17H30 et samedi 7 novembre de 9H30 à 17H30
Présentation des ouvrages, affiches, journaux, livres et documents de la propagande diffusée par le gouvernement de Vichy.
Walter ADELLA-PIETRA est employé au collège de Cogolin. Passionné d’histoire, il collectionne avec passion les documents historiques qu’il a bien voulu prêter à Place Publique et qu’il commentera aux visiteurs de l’exposition.

CONFERENCE SUR LE PROJET CULTUREL DE VICHY
Vendredi 6 novembre à 18H00
Folklore et Révolution nationale entretiennent un rapport étroit pendant le gouvernement de Vichy. Le folklore touche l’instruction, la jeunesse, la propagande…, légitimé en cela par la science ethnologique. En zone sud, il trouve un écho chez les félibres qui vont ancrer l’idée d’un amalgame Pétain-Mistral. À « Métier, Famille, Région de Maurras » on peut mettre en parallèle « Travaille, Famille, Patrie », « ou « La Terre, elle, ne ment pas » du Maréchal Pétain. L’intérêt du régime pour les arts et traditions populaires, étroitement imbriqué à celui du régionalisme, en appelle au système de représentation de tout un peuple, incite la société à rechercher son identité culturelle dans un espace clos et hostile au citadin, à l’ouvrier, et au juif. Il révèle à travers ses apologies renouvelées du terroir, le racisme de l’ordre nouveau.
Christian-Alexandre Faure
Docteur en Histoire, spécialiste d’histoire culturelle et des idéologies totalitaires, s’est intéressé tout particulièrement à l’idéologie pétainiste de l’Etat Français. Ses travaux sur le projet culturel du régime de Vichy soulignent la rencontre entre une idéologie réactionnaire et l’essor d’une science, l’ethnologie de la France.
Alexandre Faure a participé à la création du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon. En 1991, il prend le chemin des écoliers et crée avec Heliane Bernard la revue d’initiation à l’art Dada. On doit à leur collaboration de nombreux ouvrages comme C’est quoi la mémoire ? ou C’est quoi la liberté ?
Pour répondre aux terribles journées de janvier 2015 et suite à la mobilisation citoyenne du 11 de ce même mois, il vient de créer l’association Le Crayon avec pour projet de défendre la liberté d’expression à travers la promotion du dessin de presse : http://www.lecrayon.net
Auteur de : Le projet culturel de Vichy : folklore et révolution nationale 1940-1944, Préface de Pascal Ory, Coédition C.N.R.S. – Presses Universitaires de Lyon, 1989, 336 p

Images et Pdf complémentaires :
– flyer-bis-pdf.pdf