L’EXPOSITION « LE F.N. AU BOUT DU CRAYON » LA COORDINATION NATIONALE DES COLLECTIFS CITOYENS S’ENGAGE AU CÔTÉ DU CRAYON

Plusieurs comités de vigilance nés dans les villes raflées par le parti de Marine Le Pen se sont associés au Crayon pour son projet d’exposition itinérante « Le F.N. au bout du crayon : Caricatures, dessins de presse et liberté d’expression* ». Francis José-Maria, président de Place Publique de Cogolin, l’une de ces associations citoyennes, nous livre les motivations de leur décision.

– Le Crayon : L’association citoyenne Place Publique de Cogolin que tu présides ainsi que plusieurs autres collectifs, Le Rassemblement Citoyen de Beaucaire, le Forum Républicain de Fréjus, l’Université Populaire (L’UPOP) de la Fensch à Hayange, le CRIC – Levier d’Actions Citoyennes de Mantes La Ville) affiliés à La Coordination Nationale des Collectifs Citoyens se sont associés au Crayon pour son projet d’exposition itinérante « Le F.N. au bout du crayon : Caricatures, dessins de presse et liberté d’expression »*, quelles sont les raisons qui ont motivé votre décision ?

– Francis José-Maria : On assiste dans toutes les communes F.N. à une remise en cause inquiétante de la liberté d’expression des associations, des commerçants, des écoles, des collectifs citoyens, des oppositions politiques, de la presse… L’expo du Crayon est pour nous un moyen de reconquérir un espace de liberté que le F.N. cherche à étouffer dans les communes, comme il le ferait dans le pays s’il y prenait le pouvoir.

– Le Crayon : Que redouterais-tu le plus dans le cas d’une victoire de Marine Le Pen aux prochaines élections présidentielles ?

– Francis José-Maria : La remise en cause de toutes ces libertés, bien sûr[…]

La suite de la longue interview en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.lecrayon.net/Le-blog/Actualite/L-EXPOSITION-LE-F.N.-AU-BOUT-DU-CRAYON-LA-COORDINATION-NATIONALE-DES-COLLECTIFS-CITOYENS-S-ENGAGE-AU-COTE-DU-CRAYON

Les vœux de Place Publique aux Cogolinois pour 2017

L’association Place Publique vous présente ses vœux de bonheur, santé et prospérité à l’aube de cette nouvelle année.

Mais en cette période trouble pour Cogolin, elle forme aussi pour vous les vœux suivants :

Que le maire Marc Etienne Lansade et son conseiller Jean-Marc Smadja arrêtent de prendre la commune pour un terrain de jeu immobilier et ne dépouillent pas ses habitants de leurs biens ;

Que la demeure Sellier ne soit pas transformée en hôtel privé et que le musée rouvre ses portes ;

Que le terrain du Yotel ne soit pas vendu à des bétonneurs, qu’il reste dans le patrimoine communal pour que ce soient les cogolinois qui décident de son devenir ;

Que le terrain de l’ancienne maison de retraite Perrin ne soit pas vendu à l’appétit immobilier des amis de Levallois Perret ;

Que le maire arrête de mener les opérations de fin de concession du port à la hussarde et dans la plus grande improvisation ;

Que l’incompétence et l’affairisme du maire n’entrainent pas la commune dans un désastre financier ;

Que tous les Cogolinois, de toutes les générations et de toutes les origines, se retrouvent ensemble pour dialoguer et décider de leur avenir.

Penser, débattre, agir pour notre Cité – bulletin d’information n3

Créée et animée par des Cogolinois pour Cogolin, l’association Place Publique démontre chaque jour sa nécessité.
Ainsi, vit pleinement ce véritable carrefour de valeurs et d’idées au-delà des idéologies et des postures figées.
Dans la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, dialoguons pour mieux vivre ensemble!
Le respect des Droits de l’homme et des différences inspire les attitudes essentielles de justice et de dignité.

Notre belle cité mérite l’engagement de chacun, pour la préserver et l’épanouir.
Place Publique, représente le meilleur creuset pour rechercher ensemble, par l’échange et la culture, les remèdes à tous les excès, dérives et caricatures.

Un avenir durable se construit par l’ouverture aux autres, au monde!
Par sa géographie, son histoire, les talents de ses concitoyens, Cogolin ne manque pas d’atouts pour relever les défis d’aujourd’hui.
Les hommes et les femmes qui vivent ici sont majoritairement des actifs. Ils contribuent à la richesse de la communauté du Golfe.
La plus précieuse d’entre toutes, pour la création, c’est la matière grise!
Elle existe en force, dans notre Cité!

Avec Place Publique, cultivons-la. Additionnons nos expériences, nos métiers, nos engagements associatifs et contribuons ainsi à cette action si utile pour Cogolin et l’avenir de nos enfants.

Images et Pdf complémentaires :
– bulletin03-pdf.20161028.pdf

A propos de sécurité – bulletin d’information n3

Selon les dires du Maire, Cogolin est une ville où les habitants vivent «dans un sentiment d’insécurité ».
Sa majorité municipale multiplie donc les moyens de sa police : augmentation massive des effectifs, location d’un local pour un deuxième poste où l’on voit rarement des policiers , achats de voitures et équipements imposés par le nombre d’agents , vidéo surveillance et caméras portables par les fonctionnaires.
Bref rien n’est trop beau ni trop cher pour sécuriser notre ville.
Le Maire double l’effectif de la police, il recrute des agents qui ne sont pas formés, d’où les nombreuses absences pour stages, sans compter les arrêts maladie ou les mise à pied temporaires, ainsi que le détachement d’un policier pour lui servir de chauffeur durant sa campagne électorale des régionales…

Il s’ensuit des exemples comme celui de cette famille cogolinoise qui, après un cambriolage, a demandé l’aide de la PM.
Il lui a été répondu qu’il n’y avait que deux agents de service de jour occupés à identifier le propriétaire d’un chien et qu’ils se rendraient sur les lieux de l’infraction plus tard…

Autre constat, nous ne voyons pas plus d’agents en patrouille pédestre dans le centre-ville qu’avant et pas du tout dans les quartiers où il y a pourtant beaucoup d’infractions ou d’incivilités alors que le dialogue peut parfois les éviter.

Le stationnement, souvent anarchique, est surveillé par les ASVP qui font de leur mieux.
Mais comment intervenir quand des véhicules municipaux stationnent toute la journée gratuitement sur un parking payant et quand le maire prend l’habitude de stationner sa voiture personnelle sur les emplacements réservés à la police municipale.
Le respect du citoyen commence par l’exemple.

Une fois encore, le maire et son équipe enfument les Cogolinois car la sécurité n’est pas qu’une question d’effectif. Elle demande aussi un encadrement exemplaire, une organisation rigoureuse, une proximité avec la population et une écoute de ses besoins.

UNE DERIVE INQUIETANTE DES FINANCES COMMUNALES – bulletin d’information n3

Dans son rapport définitif sur la gestion Lansade pour la seule année 2014, la Chambre Régionale des Comptes a relevé une dégradation de la capacité d’autofinancement due à l’augmentation des charges de personnel, une augmentation de l’encours de la dette liée à de nouveaux emprunts pour des projets non totalement définis…
Les années 2015 et 2016 ont dangereusement aggravé la situation, avec la poursuite de l’augmentation des dépenses de personnel – d’animation et de communication – un recours important aux emprunts et des recettes insuffisantes pour couvrir la totalité de leur remboursement.

Une épargne nette négative depuis deux ans

L’épargne brute mesure la différence entre les recettes et les dépenses réelles de fonctionnement. L’épargne nette mesure la différence entre l’épargne brute et le remboursement de la dette en capital. Cette épargne nette est négative depuis deux ans, ce qui signifie que la commune ne parvient plus à rembourser la dette avec son excédent réel de fonctionnement.

PORT DES MARINES, LA FIN PRECIPITEE DE LA CONCESSION – bulletin d’information n3

Acculé à trouver d’urgence des recettes nouvelles pour équilibrer ses dépenses, le maire a décidé de mettre un terme à la concession du port des Marines, deux ans avant son échéance (fin 2019). Il a poussé le conseil municipal à délibérer sans la moindre concertation préalable. Aucune étude sérieuse n’a fait le bilan technique et financier de la gestion passée. Aucun compte d’exploitation prévisionnel, ni aucune information précise sur les modalités de gestion future n’ont été présentés. Les élus ont pris une décision lourde de conséquences financières sans disposer du moindre élément objectif pour éclairer leur choix. Le maire les a assuré que cela allait faire rentrer beaucoup de « cash » dans les caisses de la commune.

250 milliards de recettes fondent sous le soleil du port des Marines

Circulez y a rien à voir sinon l’incroyable compte rendu du conseil municipal du 21 décembre 2015 qui avançait que l’opération rapporterait 250 000 milliards d’euros. 250 milliards, rien que ça, soit presque autant que les recettes nettes du budget de l’État !
Il a fini par avouer qu’il y avait 3 zéros de trop, soit encore 250 millions !
Puis il a ramené le compteur aux dizaines et enfin aux unités. Les recettes s’effondrent avant de rentrer dans les caisses de la commune.
D’importantes dépenses sont prévisibles : constitution du capital, indemnisation des plaisanciers titulaires d’un droit d’usage, rachat des biens de reprise, réalisation de travaux pour l’accueil de plus grosses unités…

L’improvisation et l’autoritarisme du maire risquent de coûter cher à Cogolin.

COGOLIN PLAGE: UN « TERRAIN DE JEUX » MARECAGEUX – bulletin d’information n3

« Un été pas comme les autres » avait claironné le maire à grand renfort de publicité gratuite dans la revue municipale. «Dinner in the sky», jetski, spectacles d’illusions… allaient enflammer la plage et le quartier. Et l’été fut de fait très particulier avec une succession incroyable de déconvenues pour les activités dont il avait fait la promotion : l’échec commercial des « dîners dans le ciel» du port des Marines qui n’auront pas duré quinze jours; l’incendie du restaurant du lot de plage n° 2 qu’il avait attribué à un couple d’amis et qu’il fréquentait assidument avec son conseiller en urbanisme. Quant au chapiteau de l’illusionniste qu’il a laissé s’installer avec complaisance dans une zone inondable, il n’a pas fait recette, malgré une publicité sans limite.
Cerise sur le château de sable le maire vient de renoncer à confier la gestion de la base nautique municipale au privé suite aux observations du Préfet que Place Publique avait également saisi.

Mais le revers le plus lourd est l’abandon de la Société Publique Locale qu’il avait créée avec la ville de Fréjus. Avec la suppression de la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) du littoral, ce sont les instruments mis en place pour urbaniser Cogolin qui disparaissent les uns après les autres.
Comment vont être gérés les dossiers d’urbanisme de la commune ? Quel sera le statut de M.Smadja privé de la présidence de la Société Publique ? A quelle table vont-ils se retrouver en compagnie de l’incontournable M.Forouzandeh, le marié du lot n° 2 ?

Quand le Yotel devient le terrain de courses à l’immobilier et à l’argent.
Par la voix de son directeur de cabinet, le maire vient de lever le voile sur ses projets d’aménagement du terrain communal du Yotel devant un parterre de professionnels de l’immobilier à Saint-Tropez. Après l’avoir nié à plusieurs reprises, il commence à admettre que le lieu est inondable.
Place Publique l’a toujours affirmé et le Préfet le lui a opportunément rappelé, l’obligeant à abandonner quelques idées bricolées à la va-vite, comme une école ou un centre de formation. Le plus choquant, c’est cette manière qu’il a de donner la primeur de ses informations à des représentants du secteur privé alors qu’aucun début d’étude de projet n’a été présenté ni au conseil municipal ni à la population.
Pour être informés, les élus et les habitants de Cogolin repasseront, car la concertation n’est pas inscrite dans la conception que Marc Etienne Lansade, le professionnel de l’immobilier, a de son mandat de maire.

La Chambre Régionale des Comptes a sévèrement critiqué les conditions d’attribution (sans mise en concurrence) du bail d’exploitation du Yotel à la société « Marina Paradise » (qui n’existait pas au moment de la signature du bail) et sa sous location à une autre société sans que le conseil municipal en ait été informé.
Place Publique avait dénoncé ces faits point par point au moment de leurs décisions, dès février 2015

Images et Pdf complémentaires :
– var-matin-du-29-09-2016-jpg.20161001.jpg
– lettre-au-pra-fet-du-var-du-23-fa-vrier-2015-pdf.20161001.pdf
– lettre-au-maire-23-02-2015-pdf.20161001.pdf
– lettre-au-maire-17-03-2015-pdf.20161001.pdf

COMMENT ILS DEPOUILLENT LE CENTRE VILLE – bulletin d’information n3

Le centre-ville se meurt, mais le maire et son conseiller en urbanisme poursuivent leur politique de spéculation dans un grand désordre, au gré des opportunités foncières.
Ils ont déjà vendu un terrain communal au-dessus du cimetière pour réaliser un programme de 140 logements, aucun à vocation sociale.
Ils ont renoncé à démolir l’école Chabaud mais veulent toujours racheter l’ancienne maison de retraite pour la céder à des promoteurs privés par l’entremise de notaires de Levallois Perret. Ils effacent là aussi toute vocation sociale pourtant inscrite dans le legs de Mme Peirin.
Ils veulent déménager les stades de football pour bétonner l’espace libéré. Tant pis pour les écoliers et collégiens qui s’y rendent quotidiennement à pied avec leurs professeurs de sport,
comme pour les enfants et les parents qui y pratiquent des activités, notamment pendant les périodes de vacances?

Après avoir fait approuver par le conseil municipal un projet de parking semi-enterré, sans la moindre étude technico-financière sérieuse garantissant sa rentabilité, le maire vient d’annoncer son report « sine die ». Que va devenir du coup le plan de circulation (déjà payé) qui était organisé autour de ce futur parking ?

La presse nous informe que le maire lance en urgence des travaux de réhabilitation de la Place Victor Hugo d’un coût de 370000€ sans en informer le conseil municipal ni consulter la
population.

Le bar des sports est-il devenu le lieu des arbitrages et la concertation se réduit-elle à la consultation de son adjointe à l’urbanisme et de ses proches?
Autre question: pourquoi n’y a-t-il aucun banc prévu dans le projet? Serait-ce pour la même raison que la suppression des
bancs de la place de la mairie? Les anciens savent à quoi s’en tenir: debout.

Alerte: Pour « faire rentrer du pognon » le maire veut céder la demeure-musée Sellier et en faire un hôtel privé.
Place Publique s’opposera par tous les moyens de droit à l’aliénation de ce patrimoine historique qui appartient à tous les Cogolinois

Le triste illusionniste – bulletin d’information n3

La publicité tapageuse qui lui a été faite n’a pas suffi.
Ce n’est pas sous le chapiteau, installé en zone inondable de la plage des Marines, qu’était l’illusionniste. Le seul, le vrai se trouve toujours en mairie: un certain Marc Etienne Lansade.
Il fait disparaître dans son chapeau, aussi noir que ses idées, tout ce qui lui déplaît : bancs publics, danses orientales, commerçants maghrébins, animation sur les différences, anciens combattants africains du débarquement en Provence, drapeaux européens, gratuité des transports scolaires, dotations aux écoles, études du soir, subventions aux associations et au centre social…

Ce magicien à la baguette dévastatrice extirpe de l’abime des objets et des personnages insolites, parfois inquiétants : un premier adjoint révoqué de la police municipale; une directrice de la communication marraine de la fille de Marion Maréchal Le Pen, « Olympe », désormais le nom de la salle d’honneur de la mairie – celui du peintre Héliodore Pisan a été jeté aux oubliettes – un conseiller très spécial en urbanisme proche des inénarrables Balkany et compagnon de ses sorties avec le couple d’amis à qui il a attribué le restaurant de plage, récemment parti en fumée…

Il ne réussit pas tous ses tours de passe-passe et en abandonne, souvent sous la pression, en jurant que ce n’est pas sa faute mais toujours celle des autres. Ainsi en est-il allé du parking Maurice Barrès, de la démolition de l’école Chabaud pour des projets immobiliers, de la baisse exceptionnelle de la dotation de l’école qui avait osé inscrire la chanson Aïcha dans un projet pédagogique, du déménagement de la médiathèque, de l’enregistrement des conseils municipaux par une société de la nébuleuse d’extrême droite dirigée par Fréderic Chatillon, du recrutement d’un directeur de la communication issu de Collectif de Citoyens Cogolinois « génération identitaire », de l’attribution d’un marché d’audit fiscal passé sans mise en concurrence, des « dîners dans le ciel » du port des Marines, de la ZAC du littoral, de la Société Publique Locale d’Aménagement, du parking du centre-ville, de la gestion de la base nautique par une société privée…
Dénoncés par Place Publique, d’autres projets pourraient connaître le même sort : le plan de circulation, la revente de l’ancienne maison de retraite préparée par des notaires de Levallois Perret (toujours et encore), la vente à la découpe du terrain du Yotel, le déplacement du stade pour de nouveaux projets immobiliers, l’anticipation précipitée de la fin de la concession du port des Marines, la transformation de la demeure-musée Sellier en hôtel privé…

Marc Etienne Lansade est un marchand d’illusions, doublé d’un marchand de biens, publics de préférence ! La désinvolture avec laquelle il dilapide l’argent public pour financer sa politique spectacle de communication, de strass et de paillettes est affligeante. Il aura emprunté massivement 11,5 millions d’euros en trois ans alors qu’aucun équipement d’importance n’est sorti de terre à ce jour.

Combien de temps encore Marc-Etienne Lansade va-t-il faire illusion ?

Notes de Lecture :
– « Le patriotisme, c’est l’amour des siens. Le nationalisme, c’est la haine des autres » (Romain Gary)

LE RENARD, LE COQ ET LES GAZELLES, Fable de Jean de la Fontvieille

A peine installé dans son palais communal
Maitre renard voulut régner sans partage
Sur la basse-cour de son royaume animal.
Pourtant, un coq au magnifique plumage
Y chantait chaque jour avec grande fierté
Sa gloire d’en être le sujet préféré.
Il paradait sur les armes de la cité,
Un musée en son honneur était consacré,
Une balade cycliste portant son nom
Réunissait chaque année nombre d’amoureux
De la nature, venus de tous horizons.
Cela rendait le renard royal ombrageux.
Il ne pouvait faire disparaitre pourtant
Celui qu’une légende avait fait symbole
Historique de la ville et ses habitants.
Avec sa ruse et sans aucun protocole,
Il décida de couper les ailes de l’oiseau
Afin de lui interdire ses balades.
Dans le même temps, deux gazelles au fin museau
Avaient en projet de grandes escapades.
Faisant leur promenade dans les parages,
Elles séduisirent vite l’animal roux.
Ainsi donna-t-il pour ordre sans ambages
Que l’on octroie aux antilopes les sous
Dont on avait privé le coq et ses amis.
Grace à cette allocation très généreuse,
Nos deux gazelles en voyage sont parties
Très loin gambader dans les dunes sableuses.
Pendant ce temps notre pauvre coq déplumé
Reçut de maitre renard l’ordre de marcher
Au pas de l’oie, tout comme un soldat de l’armée,
Incapable de se percher sur les clochers.

Morale
Mieux vaut pour voler deux « l » de gazelles
Qu’un gallinacé amputé de ses ailes

Images et Pdf complémentaires :
– 02-var-matin-du-23-juin-2016-pdf.20160831.pdf
– 03-ra-ponse-de-loisir-nature-a-vm-pdf.20160831.pdf
– 04-fable-du-renard-du-coq-et-des-gazelles-pdf.20160831.pdf