Cache Cache, De Banc en Banc


Il a tourné le dos au trompe l’œil de l’équipe municipale,
le banc!!!
« Les honnêtes gens »
Qui ne sont pas dupes
Attendent  le premier édile
Sur d’autres bancs …
 🎼
 BANC 🎶 BANC 🎵 BANC 🎶

 

Cache Cache, Banc public


Rescapé de l’épuration de la place de la mairie, traqué partout en ville
Le maire n’a pas su qu’il était là !
Le banc renié !!!
Oui au retour des bancs publics👍
Les petits vieux qui s’y reposent,
Les amoureux qui s’y bécotent “ont des p’tites gueules bien sympathiques”…

Champion du Monde !


Pas de grand écran à Cogolin mais on a chanté la Marseillaise devant le monument aux morts

Les Cogolinois hurlaient leur joie

Le maire pleurait sur Facebook la défaite de la Croatie

BONNE ANNÉE 2018 et pensez à aller voter!

Place Publique a le plaisir de vous adresser, en pièce jointe, ses vœux les meilleurs pour 2018.

Cependant l’actualité nous oblige à penser déjà à demain puisque le vote concernant le devenir de la Maison Sellier est ouvert depuis hier et ce jusqu’au 17 janvier 2018. N’oubliez pas d’aller voter et faites voter autour de vous. Une seule urne, en mairie et la nécessité d’être inscrit sur les listes électorales et de présenter une carte d’identité…

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous trouverez aussi une nouvelle vidéo de la chaîne TV Place Publique qui avait été tournée lors de la très intéressante conférence/débat donnée le 6 octobre 2018 par Madame Dorbani, historienne de l’art, à l’initiative de Place Publique:

Plus de dictionnaires pour les élèves de CM2 : Le Front national cogolinois n’aime pas le Français

L’adjointe FN aux écoles, madame Fiandino, vient de l’annoncer aux enseignants : la municipalité n’offrira plus de dictionnaires aux élèves de CM2 qui rentrent en sixième. Par souci d’économie parait-il ? Alors que dans le même temps on s’augmente les indemnités d’adjoint, on recrute à tour de bras de nouveaux policiers municipaux à qui on réévalue les primes, on envisage d’installer 40 nouvelles caméras de vidéo-surveillance sans en connaitre l’efficacité réelle !

En compensation, l’adjointe a annoncé que les élèves concernés bénéficieraient  d’un  accès gratuit à la médiathèque. Une enseignante lui a fait remarquer que cet accès était déjà gratuit jusqu’à l’âge de 17 ans. Quelque peu décontenancée, madame Fiandino s’est ravisée en proposant de leur offrir des clés USB… vides ! Vide comme le sens de ce cadeau, surtout pour les familles qui ne disposent pas d’ordinateur. Alors qu’un dictionnaire que l’on a dans sa maison, que l’on peut aller consulter chaque fois que cela est nécessaire pour y trouver une information beaucoup mieux sécurisée que celles que l’on rencontre parfois sur internet, est le compagnon incontournable de l’éducation des enfants, mais aussi des parents tout au long de la vie.

A propos de dictionnaire, il faudrait en offrir un au premier adjoint monsieur Masson. Cela lui serait beaucoup plus utile qu’une clé USB vide pour corriger ses fautes d’expression dans le tout nouveau bulletin municipal “Le Cogolinois Rapetissé”. Il y écrit notamment qu’il a su résister à la tentation “d’intenter à sa vie” suite aux affirmations mensongères et diffamantes de certains journaux à son endroit. Qu’attend-il pour “attenter un procès” aux dits journaux, comme il l’avait solennellement annoncé lors du premier conseil municipal. Un dictionnaire lui aurait également permis d’apprendre que le mot “amours” se décline au féminin quand il est pluriel. Il est vrai que ce n’est pas le mot le plus utilisé par son parti qui lui préfère celui de “haine”.

Notes de Lecture :
– Le petit Impertinent de Septembre 2014 contient la réponse du maire

Liberté, égalité, fraternité, Quand les mots perdent leurs sens

Ironie de l’histoire : après 19 ans d’un mandat de Jacques Sénequier qui n’a jamais daigné réinscrire la devise de notre république au fronton de la mairie de Cogolin, c’est le Front National qui s’empresse  de le faire dès son arrivée au pouvoir pour se draper des oripeaux contraires à ses propres valeurs.

Il suffit que chacun en appelle à son devoir de mémoire en se posant la question suivante : à quel moment de notre histoire l’extrême droite a-t-elle été actrice d’un projet politique porteur de liberté, d’égalité et de fraternité ?
La réponse est constante : partout où l’extrême droite a exercé le pouvoir, elle a restreint les libertés, accentué les inégalités et exterminé la fraternité.

Le mot n’est pas la chose. Celui qui le prononce n’est pas le garant de son authenticité. Ne soyons pas dupes et jugeons les vrais républicains aux actes, pas aux paroles.