Nouvelle reculade et pantalonnade au dernier conseil municipal

Le rare public présent au conseil municipal du 5 janvier 2015 a eu le privilège d’assister à un événement inouï, sans précédent : un maire et tous ses conseillers se sont abstenus sur une délibération proposée par eux-mêmes. Incroyable mais vrai !

Rappelons les faits : Dans le cadre de la demande d’autorisation d’exploiter par une société une plateforme de valorisation de matériaux, la commune était tenue d’émettre un avis dans les quinze jours qui suivaient la clôture de l’enquête publique (23 décembre 2015). Le maire a donc réuni le conseil municipal pour lui présenter sa proposition d’avis défavorable fondée sur une longue liste d’incompatibilités du projet avec les différentes prescriptions réglementaires , des risques manifestes qu’il fait courir à l’environnement et de son incompatibilité avec le Plan de Prévention des risques d’inondation de la commune. Et pour une des rares fois où sa délibération était bien argumentée, sous la pression amicale de son opposition, il a totalement retourné sa veste en demandant à son conseil de s’abstenir sur sa propre proposition.

Il a justifié son revirement en déclarant qu’il venait de recevoir de nouvelles informations sur les enjeux économiques du projet. Il était effectivement temps qu’il s’en inquiète, car chacun connait l’importance de l’existence d’un site de valorisation des déchets et matériaux, de chantiers notamment, pour éviter leurs dépôts sauvages dans la nature. Mais l’objet de la demande d’autorisation et de l’enquête publique qui l’accompagne est de s’assurer que les conditions d’exploitation de ce site sont bien conformes à la réglementation, ne portent pas atteinte à l’environnement et n’aggravent pas les phénomènes d’inondation.

Or toutes les observations contenues dans le texte du projet de délibération montraient clairement que nombre de ces conditions réglementaires et environnementales n’étaient pas remplies ou sujettes à caution et justifiaient largement la proposition faite au conseil municipal d’émettre un avis défavorable. Non pas pour remettre en cause l’activité elle-même, mais pour l’obliger à réaliser les études et les équipements complémentaires destinés à se mettre en conformité avec la réglementation, s’assurer de la non atteinte à la qualité de l’environnement (eau, air, bruits) et de l’absence d’impact sur le bon écoulement des crues.

Mais d’un coup d’un seul, le maire de Cogolin a gommé toutes ces observations, qui figurent pour la plupart dans le registre du commissaire enquêteur, et décidé de s’abstenir sur son propre avis.

Il va sans doute nous expliquer qu’il est à l’écoute des cogolinois. Mais comme il en est à sa énième reculade, on voit bien qu’il change d’avis comme de chemises en raison d’une réelle incompétence administrative et politique. Comme il l’avait fait pour l’augmentation de ses indemnités ou le don illégal de matériel, peut-être va-t-il une nouvelle fois nous dire, avec le courage qui le caractérise, que ce n’est pas lui qui a pris cette décision ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *