PETITION DEMEURE SELLIER: PLACE PUBLIQUE DEMANDE UN DROIT DE RÉPONSE AUX PROPOS DU MAIRE

Dans la série « TERRE-MER… ET VENT, BEAUCOUP DE VENT », Place Publique dément avec la plus grande fermeté les propos mensongers tenus par le Maire en page 18 du magazine municipal pour dénigrer la pétition contre sa décision de fermer la demeure-musée Sellier et la transformer en hôtel privé. Place Publique a demandé au Maire de publier un droit de réponse dont voici le texte:

« CE SONT BIEN 530 COGOLINOIS QUI ONT SIGNE LA PETITION CONTRE LA FERMETURE DE LA DEMEURE-MUSEE SELLIER

Dans le dernier numéro du magazine Terre-Mer, le maire a affirmé que « 1000 signataires venant du monde entier » auraient signé la pétition lancée par Place Publique, parmi lesquels « 253 Cogolinois » seulement. Après une vidéo dans laquelle il avait déclaré que des « mineurs » l’auraient également signée, cela fait trois mensonges que Place Publique dément avec la plus grande fermeté.
Un contrôle méticuleux des noms de chacun des signataires confirme que ce sont bien 530 résidents Cogolinois qui ont signé cette pétition sur l’ensemble des 1 029 signatures recueillies. Parmi elles le nom d’aucun mineur n’a été trouvé.
Les autres signataires se répartissent entre 162 habitants des autres communes du golfe, 112 du reste du Var et 191 d’autres départements français. Quant aux soi-disant « signatures venant du monde entier », seulement 34 personnes ont signé la pétition par internet depuis l’étranger ou en terre cogolinoise pour certains de nos amis allemands, ce qui représente 3 % de l’ensemble des signataires.
Les signatures des non-résidents proviennent de parents, amis et vacanciers qui eux sont attachés à la culture et au patrimoine cogolinois !
N’en déplaise à Monsieur Lansade, un musée a un rayonnement plus large que les frontières de sa commune. Un rayonnement qu’il a éteint en fermant brutalement la demeure Sellier.
Loin d’être un échec, c’est le succès de cette pétition qui a fait reculer le premier opérateur hôtelier choisi par le fait du prince. S’il y a échec, c’est bien celui du projet du maire qui après sa décision de fermeture autoritaire a transformé un magnifique lieu historique de culture en bâtiment désespérément vide et abandonné depuis neuf longs mois.
Dans la même interview le maire évoque un « permis en cours » dont on se demande à qui il pourrait être accordé, puisque la société « Maison Sellier » qu’il a autorisée à réaliser des travaux n’a toujours pas d’existence légale à ce jour. C’est pour cette raison que Place Publique a engagé un premier recours gracieux contre cette décision et s’apprête à introduire un recours contentieux auprès du Tribunal Administratif.
PLACE PUBLIQUE »

Exposition « Le FN au bout du crayon ». Un vent de liberté a soufflé sur Cogolin

En raison du refus du maire de nous prêter une salle, grâce à l’hospitalité courageuse d’une famille cogolinoise, nous avons installé les tentes et l’exposition sur un terrain privé en plein air avec une grande inquiétude compte tenu du vent violent qui a soufflé toute la journée de samedi sur Cogolin. Eole s’est miraculeusement calmé moins d’une heure avant l’ouverture du vernissage et a permis au vent doux de la liberté de souffler à l’intérieur même des murs d’une ville FN.
Nous avons été agréablement surpris par le grand nombre de participants, démontrant que la résistance et la reconquête sont possibles, malgré les refus de salle et les mauvais traitements d’un maire qui a peur de la liberté. Aux côtés d’Alexandre Faure et des membres du Crayon, des partenaires de l’expo et des journalistes du Ravi, les collectifs voisins du Luc et de Fréjus nous ont fait l’amitié de leur présence, ainsi qu’une association citoyenne de Brignoles. SOS racisme était représenté par Sonny Phung, jeune et sympathique responsable des Alpes Maritimes. Sacha Czertok de l’UEJF s’était excusé.
Cette belle soirée fut une véritable bouffée d’oxygène, un signe fort d’encouragement à poursuivre nos actions citoyennes destinées à faire vivre des espaces de résistance, de rencontres et de liberté sur des terres que le FN cherche à bruler par les peurs, la haine, les menaces et les discriminations.
Ce vernissage a donné le coup d’envoi du tour de France que cette magnifique exposition va effectuer dans les différentes villes FN et d’autres aussi. Elle reviendra dans le golfe du 1ier au 9 avril à Ramatuelle.
Le texte du message d’accueil de Place Publique figure en pièce jointe.

Images et Pdf complémentaires :
– un-vent-de-liberta-a-souffla-sur-cogolin-pdf.20170320.pdf

L’ EXPOSITION « LE FN AU BOUT DU CRAYON » DÉMARRE LE 18 MARS A COGOLIN

Les associations “Le Crayon” et “Place Publique” ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition “LE FN AU BOUT DU CRAYON” qui, malgré le refus de salle du maire de Cogolin, pourra se tenir le samedi 18 mars 2017 à 18 heures sur le terrain privé situé entre les numéros 92 et 94 de l’avenue Clémenceau de Cogolin. Ce vernissage donnera le départ du tour de France que cette exposition va effectuer dans les villes dirigées par le FN et de nombreuses autres. Un premier calendrier de son itinéraire est indiqué dans le dossier de presse joint, sa mise à jour vous sera communiquée au fur et à mesure de la participation de nouvelles villes.
Nous espérons votre participation et comptons sur votre soutien pour promouvoir cette riche exposition de dessins qui doit contribuer à faire connaitre le vrai visage du Front National à quelques semaines des élections présidentielles.
Le secrétariat de Place Publique

Le Front National est aux portes du pouvoir. Dans les villes-laboratoires conquises par l’extrême droite, la liberté d’expression est encore une fois sérieusement menacée : spectacles interdits, bibliothèques expurgées, procès intentés aux dessinateurs et humoristes, budgets d’associations coupés, etc. C’est pourquoi nous présentons l’exposition « Le F.N. au bout du Crayon » en priorité dans ces municipalités.
Alexandre FAURE, président de l’association Le Crayon

« On assiste dans toutes les communes F.N. à une remise en cause inquiétante de la liberté d’expression des associations, des commerçants, des écoles, des collectifs citoyens, des oppositions politiques, de la presse… L’exposition « Le FN au bout du Crayon » est pour nous un moyen de reconquérir un espace de liberté que le F.N. cherche à étouffer dans les communes, comme il le ferait dans le pays s’il y prenait le pouvoir. »
Francis JOSÉ-MARIA, président du collectif citoyen de Cogolin Place Publique.

La pièce de théâtre « Pour l’exemple » a ému un large public

Salle comble dimanche 26 février pour la représentation de « Pour l’Exemple » organisée par Place Publique dans la salle du Lézard. Auditoire conquis, séduit et bouleversé avec cette narration basée sur l’expérience de la guerre par un charron provençal incorporé au XVe Corps durant la guerre 14-18.
Texte écrit par Félix Chabaud, un enfant de Cogolin, fils de l’instituteur qui a donné son nom à l’école communale. Une pièce mêlant récitation, lecture, chants, provençal et musique portée par Félix lui-même et ses compagnons Renat Sette, comédien, chanteur et musicien et Christiane Ildevert, contrebassiste et chanteuse.
Un grand merci à tout le public présent et à Véronique Barbe pour son accueil.

UNE PIECE DE THEATRE A NE PAS MANQUER

Place Publique vous invite à venir voir la pièce de théâtre: « Pour l’exemple » qui sera jouée dimanche 26 février 2017, à 17h30, au théâtre du Lézard, Espace Raimu,18 avenue Georges Clémenceau à Cogolin (entrée:10 euros).

Son auteur n’est autre que Félix Chabaud dont la famille est bien connue et estimée à Cogolin. La mise en scène qui associe la musique, le chant et l’image à l’art du récit, avec quelques passages en provençal, crée une ambiance forte et émouvante. C’est un spectacle de très grande qualité à ne pas manquer!

Vous pouvez réserver votre place en téléphonant au 06 14 80 92 91.

Images et Pdf complémentaires :
– annonce-pour-l-exemple-bis-pdf.20170219.pdf

L’EXPOSITION « LE F.N. AU BOUT DU CRAYON » LA COORDINATION NATIONALE DES COLLECTIFS CITOYENS S’ENGAGE AU CÔTÉ DU CRAYON

Plusieurs comités de vigilance nés dans les villes raflées par le parti de Marine Le Pen se sont associés au Crayon pour son projet d’exposition itinérante « Le F.N. au bout du crayon : Caricatures, dessins de presse et liberté d’expression* ». Francis José-Maria, président de Place Publique de Cogolin, l’une de ces associations citoyennes, nous livre les motivations de leur décision.

– Le Crayon : L’association citoyenne Place Publique de Cogolin que tu présides ainsi que plusieurs autres collectifs, Le Rassemblement Citoyen de Beaucaire, le Forum Républicain de Fréjus, l’Université Populaire (L’UPOP) de la Fensch à Hayange, le CRIC – Levier d’Actions Citoyennes de Mantes La Ville) affiliés à La Coordination Nationale des Collectifs Citoyens se sont associés au Crayon pour son projet d’exposition itinérante « Le F.N. au bout du crayon : Caricatures, dessins de presse et liberté d’expression »*, quelles sont les raisons qui ont motivé votre décision ?

– Francis José-Maria : On assiste dans toutes les communes F.N. à une remise en cause inquiétante de la liberté d’expression des associations, des commerçants, des écoles, des collectifs citoyens, des oppositions politiques, de la presse… L’expo du Crayon est pour nous un moyen de reconquérir un espace de liberté que le F.N. cherche à étouffer dans les communes, comme il le ferait dans le pays s’il y prenait le pouvoir.

– Le Crayon : Que redouterais-tu le plus dans le cas d’une victoire de Marine Le Pen aux prochaines élections présidentielles ?

– Francis José-Maria : La remise en cause de toutes ces libertés, bien sûr[…]

La suite de la longue interview en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.lecrayon.net/Le-blog/Actualite/L-EXPOSITION-LE-F.N.-AU-BOUT-DU-CRAYON-LA-COORDINATION-NATIONALE-DES-COLLECTIFS-CITOYENS-S-ENGAGE-AU-COTE-DU-CRAYON

SIGNEZ LA PÉTITION CONTRE LA FERMETURE DE LA DEMEURE-MUSEE SELLIER

Ne laissez pas le maire livrer votre patrimoine historique et culturel à des intérêts privés!

Signez et faites signer la pétition en ligne http://www.change.org/p/marc-etienne-lansade-non-a-la-fermeture-de-la-demeure-musee-sellier

Vous pouvez également imprimer la version papier de la pétition qui se trouve en pièce jointe pour la signer et la faire signer avant de la retourner à l’adresse de :

Place Publique, chez Francis José-Maria
83310 COGOLIN.

Images et Pdf complémentaires :
– pa-tition-bis-pdf.20161116.pdf
– 2016-09-04-jpg.20161116.jpg
– 2016-09-09-jpg.20161116.jpg
– 2016-10-20-jpg.20161116.jpg
– 2016-10-22-jpg.20161116.jpg
– 2016-10-23-jpg.20161116.jpg
– 2016-10-26-jpg.20161116.jpg
– 2016-10-27-jpg.20161116.jpg
– 2016-11-02-jpg.20161116.jpg
– 2016-11-07-jpg.20161116.jpg

Echos d’une rencontre interculturelle passionnante

Le nombreux public venu assister à la conférence-débat de Michel Sauquet (1) était en parfaite adéquation avec le thème de la soirée et représentatif de la diversité de la population de Cogolin et du golfe (2). Quels que soient leurs origines géographiques ou sociales, leurs convictions religieuses ou personnelles, leurs statuts professionnels… les participants se sont serrés pour pouvoir partager ce beau moment d’échanges qui a témoigné que des personnes d’origines culturelles différentes peuvent dialoguer et vivre ensemble sur un même territoire.
A travers un exposé très pédagogique nourri par ses nombreuses expériences, Michel Sauquet a clairement démontré que ce dialogue interculturel était non seulement un facteur d’harmonie de la vie sociale et professionnelle, mais aussi un moyen de produire une plus grande intelligence collective, comme en témoigne l’histoire des civilisations (Califat de Cordoue, Renaissance…).
Pourtant, et les crispations identitaires actuelles en témoignent, les chemins qui conduisent vers cette intelligence interculturelle, vers cette compréhension de l’autre dans sa différence, sont semés d’embûches. Elles ont pour noms l’ignorance et la méconnaissance qui génèrent malentendus, méfiances et peurs. Peur de l’autre différent, peur de perdre nos traditions, notre identité française… Michel Sauquet a utilement rappelé que cette identité française s’est construite et enrichie grâce aux apports d’artistes (Picasso, Aznavour…), de scientifiques (Curie, Charpak…), de sportifs (Zidane…), d’écrivains (Kundera..), de soldats et de travailleurs venus d’ailleurs. Et notre langue française que nous pratiquons aujourd’hui s’est dotée d’un très grand nombre de mots venus de l’étranger.
Dans un monde largement ouvert aux échanges, où les crises politiques, économiques et climatiques accélèrent les déplacements des populations, Michel Sauquet a décliné 7 conditions pour un mieux vivre ensemble : Passer de la peur au dialogue ; passer de la tolérance à la reconnaissance (prise en compte de l’altérité) ; respecter en fixant des limites à la provocation ; réhabiliter la notion de Fraternité ; faire confiance, notamment aux plus jeunes, en refusant le défaitisme ; ne pas perdre de vue l’esprit de la laïcité ; faire preuve de curiosité et d’humilité.
Complété par un grille d’analyse détaillée des représentations et des pratiques socio-culturelles, ses propos ont donné lieu à un débat passionnant avec l’assistance qui a apporté de nombreux témoignages réconfortants des associations locales et des personnes qui œuvrent au quotidien pour permettre le dialogue entre les personnes d’origines, de cultures et de religions différentes.

(1) Rencontre de Place Publique du 21 janvier 2016
(2) Ont notamment participé les responsables de la mosquée de Cogolin, le Curé de Cogolin, le Secours Catholique, l’association Familiale, Samia Arabi, et les représentants d’associations des autres communes du golfe.