Juste une mise au point…


Ce lundi 03 Décembre, Var-Matin consacrait une double page sur les affaires immobilières qui fleurissent dans notre belle cité qu’est Cogolin.
Var-Matin a donné la parole à notre collectif de citoyen via une entrevue téléphonique.
L’article final (reproduit plus bas) a classé de manière simpliste notre association dans la catégorie des “contre” les projets immobiliers, ce qui ne correspond pas à notre véritable position. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé un droit de réponse que Var Matin a accepté de publier et que nous avons le plaisir de partager avec vous.

Article du Lundi 03 Décembre :03-12-2018

D’une place publique à l’autre

Il ne vous aura pas échappé que le nouveau mouvement créé par l’essayiste Raphaël Glucksmann porte le même et joli nom de “Place Publique” que celui du collectif citoyen que nous avions créé il y a quatre ans au lendemain de l’élection d’une municipalité Front National dans la commune de Cogolin (Var).

Comme il l’affirme, ce nom est public, il n’appartient à personne en particulier mais à toutes les personnes qui veulent investir sa place pour participer à la vie de la cité et de la “res publica”.
C’est donc avec un intérêt tout à fait favorable que nous accueillons la naissance de ce nouvel espace citoyen auquel nous sommes prêts à faire partager les fruits de notre modeste mais intéressante expérience.

Initié en 2014 par un groupe de citoyens d’une grande diversité, ayant les valeurs républicaines chevillées au corps, notre collectif s’était fixé deux objectifs principaux :
– celui d’exercer une vigilance de chaque instant sur les pratiques d’une municipalité d’extrême droite.
– celui d’animer un espace de rencontres, de réflexion et de dialogue entre les habitants.

En quatre années d’existence, notre collectif n’a eu de cesse de dénoncer, combattre et faire obstacle aux dérives non seulement idéologiques, mais également affairistes de la municipalité FN.

Par ses actions déterminées, il a réussi à faire reculer le maire sur de nombreux projets contraires à l’intérêt général. Il n’a pas hésité à engager des actions devant les tribunaux qui ont permis de faire annuler plusieurs décisions jugées illégales.
Certaines affaires en cours d’instruction, y compris devant la juridiction pénale, devraient aboutir dans les prochains mois.

Sur le volet animation, Place Publique Cogolin a organisé des rencontres régulières autour des questions du vivre ensemble, de l’environnement, du réchauffement climatique, de la diversité culturelle, de l’Europe, de l’immigration et bien d’autres encore…
Chacune de ces rencontres a été suivie par un nombreux public.

Si vous n’avez pas encore pris connaissance des activités menées par notre collectif, dont le nombre d’adhérents a triplé, nous vous invitons à visiter notre site à l’adresse www.placepubliquecogolin.fr

Cette expérience démontre que des citoyens motivés peuvent agir effectivement sur les choix qui concernent leur ville, mais aussi préserver/développer un espace de dialogue entre ses habitants dans le respect de leur diversité.
Non seulement la participation des citoyens aux choix qui les concernent est possible, mais elle est une voie d’avenir pour notre démocratie.
Nous comptons sur la vôtre et vous invitons à nous y rejoindre si vous ne l’avez pas encore fait en remplissant le bulletin d’adhésion ci-joint.

Bulletin d'adhésion 2018-2019

Télécharger

MIGRANTS, CULTURES ET TERRITOIRES


Conférence de M. Gérard Rocchia et M. Xavier Crépin

Lundi 05 Novembre, à 18H00 à la Bastide Pisan, Cogolin

ENTRÉE LIBRE

En retenant le thème, « migrants, cultures et territoires » Place Publique poursuit l’exploration des différentes facettes qui font la richesse et la diversité de Cogolin et de sa région.

La migration est une composante ordinaire de la dynamique de la société. Qui n’a pas en effet dans sa famille ou parmi ses proches des personnes issues de l’immigration, dans sa génération ou dans celle de ses parents ?

Le long de notre côte méditerranéenne, pendant des siècles, les migrants ont afflué et risqué leur vie à la recherche de meilleures opportunités économiques et sociales. Cette dynamique a basculé dans les années 90 avec la généralisation de la mondialisation des échanges, vers la recherche par les nouveaux arrivants de droits humains plus favorables que dans leur pays d’origine.

L’arrivée de migrants, aujourd’hui comme hier, fait l’objet de peurs et de déclarations populistes. Quelle politique équilibrée, entre attractivité économique, accueil et contrôles faut-il développer pour, à la fois, répondre aux besoins de mise en valeur du territoire et assurer son équilibre culturel et social ?

Gérard Rocchia nous fait revivre quelques grands moments de l’histoire du peuplement du territoire provençale qui ont forgé l’identité locale de Cogolin et de sa région.

Xavier Crépin apporte ses analyses sur les villes ouvertes sur la mer qui, comme celles du Golfe de Saint-Tropez, participent de la dynamique maritime qui lie migrants et développement.

Gérard Rocchia n’est plus à présenter. Ce chimiste de formation a travaillé à l’ECAN de Saint-Tropez/Gassin comme chargé d’affaires pour assurer le suivi des projets. Historien amateur mais passionné, il a publié un épais roman historique « L’Histoire Oubliée » sur les mouvements ouvriers dans les Maures au XIXe siècle. Depuis, il donne des conférences dans la région, toujours suivies par un public conquis.

Architecte urbaniste, Xavier Crépin développe des activités de formation, de conseil et d’expertise dans les domaines urbains, de l’habitat, de l’aménagement du territoire. Spécialiste de la coopération dans les pays en développement, il a travaillé en étroite collaboration avec diverses ONG de solidarité internationale. Il est attaché à Cogolin à travers l’histoire du château de Trémouriés que ses arrière-grands-parents occupèrent jusqu’à la dernière guerre.

11.000 signatures contre la fermeture de la maternité, que fait la municipalité ?

Le 6 septembre, notre députée organisait une réunion d’information sur les risques de fermeture de la maternité de Gassin. Toutes les municipalités du Golfe avaient répondu à son invitation par la présence de leur maire ou d’un conseiller délégué, de même que la Communauté de Communes. Par contre, le maire de Cogolin n’y était pas, ni aucun de ses adjoints ni même le moindre représentant du Conseil Municipal de Cogolin.

La mobilisation se développe sur internet et sur les routes ; toutes les mairies ont dressé une banderole à l’entrée de leur commune pour sensibiliser les citoyens. Toutes les mairies sauf une, celle de Monsieur Lansade.

Place Publique était présente à la réunion de Madame la députée avec plusieurs des membres de son C. A. et nous soutenons le mouvement de sensibilisation en signant et en demandant à ses adhérents et sympathisants de signer la pétition en ligne pour le maintien de la maternité.

https://www.mesopinions.com/petition/sante/contre-fermeture-maternite-golfe-saint-tropez/29084

C’est officiel, Cogolin se fait pirater le 17 Septembre !

HISTOIRES ORDINAIRES ET EXTRAORDINAIRES
DES MARINS DU GOLFE DE SAINT-TROPEZ A TRAVERS LES SIÈCLES


Conférence de M. Laurent Pavlidis
Lundi 17 Septembre, à 18H00 à la Bastide Pisan, Cogolin
ENTREE LIBRE

Saint-Tropez n’a jamais été un charmant petit port de pêche même si cette activité y a été importante. Saint-Tropez fut avant tout un des plus importants ports de commerce de Provence et est aujourd’hui le port de plaisance le plus connu au monde. Au cours de cette présentation, Laurent Pavlidis propose de revenir sur 5 siècles d’histoire maritime de la cité provençale qui a vu naître des milliers de marins. Comme l’a si bien écrit Guy de Maupassant, ils ont vu, en rodant par les océans, les dessus et les dessous du monde, et l’envers de toutes les terres et de toutes les latitudes.

Historien – chercheur, docteur en histoire diplômé de l’Université d’Aix-Marseille, conservateur du musée d’histoire maritime de Saint-Tropez, Laurent Pavlidis travaille depuis plus de 20 ans sur l’histoire des marins de Saint-Tropez et depuis plus de 5 ans sur l’histoire des fortifications bastionnées dans le monde. Chercheur associé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme ainsi que dans de nombreuses associations, il fait paraître régulièrement le résultat de ses recherches dans diverses publications scientifiques.

Place Publique fait sa rentrée

Au bout de 4 ans de vigilance citoyenne permanente, animée par la seule défense de l’intérêt général de la commune, notre association commence à récolter les fruits de son labeur : 4 succès judiciaires, trois décisions des services de l’État qui corroborent les affirmations de Place Publique et le travail mené pour y parvenir. Mais les sujets d’inquiétude restent nombreux, trop de règles de droit sont encore bafouées, trop de biens publics sont détournés au profit d’intérêts particuliers…
Ce diaporama vous donnera un aperçu des activités de Place Publique au cours de l’année écoulée
Rejoignez-nous: plus nous serons nombreux, plus nous serons forts! Pour cela, adhérez (si vous ne l’avez pas encore fait!), ré-adhérez (si vous avez oublié de le faire!) et faites adhérer autour de vous.
Au plaisir de vous retrouver à l’occasion des prochaines rencontres publiques organisées par Place Publique tout au long de l’année.

Cache Cache, De Banc en Banc


Il a tourné le dos au trompe l’œil de l’équipe municipale,
le banc!!!
« Les honnêtes gens »
Qui ne sont pas dupes
Attendent  le premier édile
Sur d’autres bancs …
 🎼
 BANC 🎶 BANC 🎵 BANC 🎶

 

Rencontre avec Sami Nouri le 23 août 2018

Place Publique est heureuse de vous inviter à venir rencontrer Sami Nouri, créateur de haute couture, originaire d’Afghanistan, qui viendra nous parler de son travail de création et de son parcours hors norme, le 23 août 2018, 18h30, salle des Blaquières à Grimaud.
Cet événement a été organisé par plusieurs associations citoyennes convaincues que l’immigration peut être un facteur d’enrichissement, de créativité, de diversification.
Venez nombreux!

Obligé de fuir son pays, l’Afghanistan, à l’âge de 5 ans, Sami Nouri séjourne
quelques années en Iran où il apprend la couture dans l’atelier créé par son
père. En 2010 il reprend son exode vers l’Europe, traverse la Turquie avant de
rejoindre la France où il est abandonné dans la ville de Tours. Confié à une
famille d’accueil, il apprend le Français, rentre dans un lycée professionnel,
effectue un stage chez John Galliano et obtient un premier contrat
d’apprentissage chez Jean-Paul Gaultier en 2014. Dans un univers de la mode
plutôt clos, il apporte une richesse créative indéniable et fait très vite remarquer son talent. En 2017, Sami Nouri crée son atelier de couture, sa propre griffe de haute couture et de prêt à porter de luxe.

Un exemple de réussite inspirant

Avec la gentillesse et la simplicité qui le caractérisent, Sami Nouri a
accepté de venir à la rencontre du public du Golfe de Saint Tropez pour
partager avec lui sa propre histoire qui est celle de la réussite fulgurante
d’un jeune réfugié afghan.

Riche d’enseignements positifs, son parcours contribuera peut être à faire
évoluer les regards que nous portons sur les migrants, avec le cortège des
peurs et polémiques qui l’accompagnent. Peurs et polémiques qui se
dissipent dès que l’on rencontre celui qui était jusque-là assimilé à une
foule anonyme et inquiétante. On lui met un visage, on apprend à le
connaitre et à l’accepter avec ses différences. Il peut alors entrevoir un
avenir, exprimer ses talents, enrichir de tous ses apports la culture et
l’économie de son pays d’accueil.

L’histoire exceptionnelle de Sami Nouri permet de faire la lumière sur
celle, plus modeste, de la plupart des migrants d’hier et d’aujourd’hui
qui ont fui leurs pays dévastés par les guerres, la misère économique
et/ou le réchauffement climatique. Eux aussi ont mis et continuent à
mettre discrètement leurs compétences au service du pays qui les a
accueillis avec humanité.

C’est une grande chance de croiser le chemin d’hommes et de femmes
qui, comme Sami Nouri, luttent et croient en leur destin. L’écouter nous
parler de son expérience et de ses créations nous aidera peut-être à nous
tourner avec lui vers un avenir meilleur.

CEREMONIES PATRIOTIQUES DU 15 AOUT 2018

Place Publique a déjà dénoncé par le passé (voir son billet au lendemain du 15 août 2014 : “Quand le maire manipule l’histoire et ne respecte pas la mémoire” et “70ième anniversaire du débarquement en Provence, Mais où est donc passée l’armée d’Afrique ?” ) l’utilisation politique et partisane que le maire fait tous les ans des cérémonies du 15 août. Date destinée d’une part à célébrer le débarquement de nos troupes et de nos alliés en 1944 et d’autre part à honorer tous les soldats venus pour libérer la France et le monde, de l’emprise nazie. Et NON à réécrire l’histoire à sa convenance, à se retirer de fait des commémorations nationales, à nier que c’est l’Armée B de de Lattre de Tassigny (3ème Division d’Infanterie Algérienne, général de Monsabert) qui a débarqué à Cogolin – La Foux, à occulter enfin le rôle déterminant de notre concitoyen Alix Macario et du maquis de la Brigade des Maures dans la libération de notre cité.

Cette année, en dépit de l’importance locale de cet événement qui a eu lieu sur nos côtes et dans notre commune, la municipalité a décidé de modifier le protocole de cette commémoration et le réduire à sa plus simple expression en dépit du désaccord exprimé par les principales organisations patriotiques de Cogolin telles que le Souvenir Français / Rhin et Danube et la FNACA.

Les responsables de ces organisations ont décidé de boycotter le programme voulu par monsieur Lansade et de respecter la suite d’hommages prévus au différents emplacements symboliques du débarquement et de la rencontre avec les réseaux résistants des Maures.

Nous invitons nos adhérents, nos amis et toute la population de Cogolin à se joindre à ce geste patriotique et venir nombreux à soutenir la FNACA, le Souvenir Français / Rhin et Danube dans une commémoration sans récupération politique.

Le programme est le suivant :

–        9 h 45 : Stèle de la 3e DIA, entrée des Marines de Cogolin : communication de J. J. Gentil, Président du Souvenir Français et dépôt de gerbes

–        10 h 45 : Dépôt d’un bouquet devant le premier QG du général de Lattre de Tassigny, Boulevard de Lattre de Tassigny

–        10 h 50 : Dépôt d’un bouquet au premier PC de la 3e DIA, Place de la République

–        11 h : Stèle Jean-Moulin, dépôt d’une gerbe

–        11 h 10 : Monument national de Lattre de Tassigny ; communication de J.-J ; Gentil, allocution de Sereine Mauborgne, Députée du Var; dépôt de gerbes